Test TOCA Race Driver 2 : Ultimate Racing Simulator- Xbox

Xbox

En parallèle de la série des Colin McRae, Codemasters dispose d'une autre saga très chère à ses yeux, celle des Toca. Alors que le précédent volet misait déjà sur une scénarisation de sa progression (et donc de son mode Carrière), Toca Race Driver 2 suit bien entendu le même chemin et le ton est d'ailleurs donné dès le coup d'envoi (un peu à l'image d'un James Bond qui nous sert une scène d'action monumentale avant chaque générique) nous plongeant directement en pleine course. Mais passé ce premier tour de chauffe, l'intéressant sera donc de revenir au Paddock et de voir ce que notre coach a réellement à nous proposer…

TOCA Race Driver 2 : Ultimate Racing Simulator

...et bien, une variété de courses au cours desquelles vous serez au volant de véhicules aussi divers que variés, voilà pour le principal. Mais avant de poursuivre sur le mode Carrière (qui représente le gros morceau du jeu), jetons un bref coup d'oeil sur les modes à disposition. Comme il est de coutume aujourd'hui, tout ce qu'on est en droit d'attendre d'un jeu de courses en terme de challenges se trouve dans ce Toca 2. Des modes multijoueurs (en splitté, en LAN ou via le Xbox Live que nous n'avons malheureusement pas pu tester) à la Course Libre (qui permet de courir sur tous les circuits que vous aurez au préalable débloqué dans le mode Carrière) en passant au Contre la montre (qui se base sur le même principe que la Course Libre en terme de circuits accessibles), Toca Race Driver 2 n'innove pas mais garde bien en vue les attentes des joueurs et ne déçoit donc pas en terme de contenu. On se penchera ainsi davantage sur la construction du mode Carrière qui est des plus développée et intelligente.

Test Toca Race Driver 2 : Ultimate Racing Simulator Xbox - Screenshot 26Les courses sont puissantes et nerveuses.

Comme mentionné quelques lignes plus haut, tout commence passé le logo de Codemasters, puisque vous vous retrouvez directement au volant d'un bolide en pleine course. Un début puissant, rutilant et vrombissant. Passé la ligne d'arrivée (votre position important peu à ce stade), vous vous retrouverez dans les stands et au travers d'une cinématique vous montrant votre coach venu vous accueillir et vous sermonner (ou vous féliciter), vous rentrerez de plain pied dans le jeu qui par l'entremisse de multiples séquences en CG fera avancer l'histoire et par la même votre carrière. Ainsi, comme dans tout jeu de courses digne de ce nom, votre but sera d'accéder au plus haut niveau de la compétition en évoluant pour arriver à atteindre des classes supérieures truffées de divers championnats, ceci permettant de conduire de multiples véhicules, de courir dans différents endroits de la planète et bien sûr d'affronter des adversaires toujours plus hargneux. Mais le tout ne sera pas aisé et très vite vous devrez faire équipe avec une charmante équipière qui se chargera de vous ramener des contrats juteux, des sponsors qui ne daigneront jeter un regard sur vous uniquement si vous parvenez à engranger suffisamment d'argent pour atteindre un niveau de notoriété respectable.

Test Toca Race Driver 2 : Ultimate Racing Simulator Xbox - Screenshot 27Maitrisez l'art du dérapage, c'est un conseil.

Le but est donc simple : Gagner de l'argent et progresser. Mais pour y arriver, les moyens sont divers. Ainsi, vous aurez constamment le choix entre plusieurs types de courses. Si à plusieurs endroits seul un championnat donné sera accessible, vous pourrez à d'autres opter pour tel ou tel type de challenge en choisissant entre deux options. On obtient alors une arborescence qui en plus de diversifier très intelligemment le jeu vous obligera à recommencer le titre plusieurs fois pour voir toutes les courses qu'on vous propose... Mais j'en vois qui arborent un regard dubitatif, qu'à cela ne tienne, je m'en vais de ce pas vous donner le schéma type du mode Carrière.

Test Toca Race Driver 2 : Ultimate Racing Simulator Xbox - Screenshot 28La conduite sur glace n'est pas si difficile que ça.

Dès le départ, vous avez par exemple le choix entre deux championnats, chacun étant bien distinct puisque vous donnant la possibilité de conduire des véhicules très différents (voir plus bas pour plus d'informations) dans des lieux disparates. Une fois choisi votre championnat, on vous demandera le plus souvent de gagner une certaine somme d'argent pour continuer l'aventure. C'est ainsi que sur plusieurs courses composant un défi, vous devrez automatiquement bien vous positionner pour ramasser le pécule nécessaire. Une fois réussi un challenge, une cinématique fera avancer le scénario et vous devrez à nouveau choisir entre deux types de courses ou tout simplement finir un unique championnat pour continuer à progresser. Le hic c'est que quand vous choisissez un championnat, une sauvegarde automatique intervient et vous ne pouvez plus revenir en arrière. Ce qui fait que vous devrez recommencer au moins deux fois le jeu pour voir tous les challenges du soft...sont malins chez Codemasters. Comme je le disais, cette technique est intelligente sachant que les types de conduite sont très variés. Vous pourrez aussi bien conduire des véhicules comme des Ford Mustang de 1968, des trucks américains, des Formula Ford, des voitures Indy, des Jaguar, etc. L'intérêt est constamment renouvelé (malgré le fait que plusieurs circuits reviennent parfois, leurs tracés étant légèrement modifiés) et on ne s'ennuie pas une seule seconde même si la maniabilité aurait dû bénéficier d'un peu plus d'aisance.

Test Toca Race Driver 2 : Ultimate Racing Simulator Xbox - Screenshot 29Attention, poids lourd droit devant.

Je ne dis pas que le gameplay de ce Toca Race Driver 2 est mauvais (on en est très loin) mais vous allez à coup sûr vous arracher les cheveux en conduisant plusieurs véhicules. Si les courses vous mettant au volant de voitures "conventionnelles" (comme les voitures de sport, les Mustang, les camionnettes..) s'en sortent très bien, les challenges où vous conduisez les Formula Ford, les trucks américains ou des voitures de stock-car sont éprouvants. En premier lieu, il faut voir que vous n'aurez la plupart du temps que deux ou trois tours pour boucler un circuit. La seconde chose à savoir est qu'à la moindre touchette appuyée avec un adversaire, la moindre accélération trop brusque ou la plus petite glissade sur l'herbe, vous partirez en vrille et aurez bien du mal à rejoindre la course sans perdre un temps fou (en rapport au dosage de l'accélération). Evoquant principalement les trois types de véhicules mentionnés plus haut, il n'est pas rare de devoir recommencer une dizaine de fois une course avant de passer à la suivante en ayant gagné assez d'argent (le cumul se faisant à l'issue des courses constituant le championnat) pour avoir une chance de voir le championnat suivant. Bref, on crise souvent et à ce niveau la difficulté est relativement mal gérée.

Test Toca Race Driver 2 : Ultimate Racing Simulator Xbox - Screenshot 30La conduite des Formula Ford demande beaucoup de doigté.

C'est d'autant plus flagrant qu'on nous laisse le choix de recommencer autant de fois qu'on le désire une course, signe d'une grande instabilité en terme d'accessibilité à mon sens. De plus il est vraiment énervant de ne pas avoir davantage de vues à la troisième personne. Nous avons uniquement accès à une vue arrière mais trop proche pour bien appréhender les virages ce qui fait qu'il faut généralement connaître par coeur un circuit pour le terminer en bonne position. Pourquoi, au lieu de nous proposer plusieurs vues qui se ressemblent toutes (vue interne, vue capot, vue la première personne), ne pas avoir inclus une vue extérieure surélevée pour une meilleure visibilité ? Pour une plus grande immersion ? Mouais réponse de politicien ! ! Tout ceci donne au final une conduite toute en retenue, en finesse mais qui parfois se montre irritante au possible par des modèles indomptables. On aurait apprécié une difficulté mieux gérée avec entre autres des bolides dont la puissance aurait été évolutive.

Test Toca Race Driver 2 : Ultimate Racing Simulator Xbox - Screenshot 31Immersion quand tu nous tiens...

Pour être précis, tout est une question de style et de mentalité et si vous ne comprenez pas qu'il faut savoir freiner au moment opportun, vous ne réussirez à rien dans ce jeu. Pensez aussi à passer aux stands si votre voiture venait à être trop mal en point (les déformations à ce sujet étant tout de même bien moins poussées que celles d'un Colin McRae 04), ceci vous faisant perdre de très précieuses secondes mais étant indispensable pour des performances optimales. Sachez aussi prendre le temps de vous entraîner pour connaître le moindre recoin de chaque circuit parmi la soixantaine de disponibles, quant à la trentaine de véhicules qui vous attendent, inutile de vous dire que la conduite de chacun d'entre eux est spécifique et qu'il faudra vous armer de patience pour bien les avoir en mains. On saluera aussi l'excellente bande-son qui en plus de bruitages réalistes, se paye des doublages forts réussis (avec notamment un doubleur très connu pour votre coach mais dont le nom m'échappe, honte sur moi), ce qui est étonnant pour ce type de production, comme quoi avec de la bonne volonté ! ! A ce propos, les indications de votre entraîneur pendant la course, sur la position de vos adversaires directs dans le classement, sur votre façon de piloter, rajoutent du piment et interviennent toujours de façon très précise, encore un bon point au crédit de ce soft. Si le nouvel opus de Toca aurait pu miser sur une accessibilité un peu plus grande, à l'aide d'une difficulté plus diluée ou un gameplay mieux pensé, on retiendra tout de même un jeu très fun, varié et au mode Carrière très bien construit. Une valeur sûre où bonne durée de vie et convivialité se disputent la vedette.

Logan, le 16 avril 2004

Les notes

  • Graphismes 15/20

    La modélisation des caisses, tout comme les déformations, sont bien moins poussées que celles de Colin McRae Rally 04 mais hormis cet aspect, le jeu dispose de très beaux effets (de reflets qui renvoient à ceux de NFS Underground) et de décors plus ou moins réussis suivant les environnements.

  • Jouabilité 14/20

    Attention, tout est dans le dosage de l'accélération. La maniabilité change en fonction du type de véhicule piloté mais la constante est que si vous mordez un peu trop le bas côté, si vous touchez de trop près un adversaire ou si vous prenez un virage un peu trop sec, vous verrez passer beaucoup de 360°. Un peu énervant à force mais au bout de deux ou trois heures de jeu on s'en sort bien mieux, même si on rage devant l'absence de plusieurs vues dont une extérieure avec un angle surélevé pour mieux appréhender la configuration de la route. Par contre les phases de Rallye sont relativement moyennes, le changement de maniabilité n'étant pas assez net par rapport aux autres courses et ne convenant donc pas à ce type d'épreuve. Quant à la vitesse d'animation, rien à dire, les sensations sont là !

  • Durée de vie 15/20

    Le mode Carrière est long, prenant et il vous faudra le terminer au moins deux fois pour voir toutes les courses. Rajoutez à cela plusieurs modes de jeu et des challenges en LAN, Xbox Live ou en splitté et vous obtenez une durée de vie plus que satisfaisante.

  • Bande son 15/20

    Les bruitages sont réalistes et mettent d'emblée dans l'ambiance, l'impression d'être au coeur de la course étant presque palpable. Les voies françaises sont elles aussi très réussies, les doubleurs ayant pris leur travail très au sérieux, bravo messieurs, dames !

  • Scénario 12/20

    Nous nageons en plein Jours de Tonnerre, mais le fait d'inclure un aspect scénaristique au jeu donne une réelle dimension à la compétition. Il est de plus sympathique d'avoir droit à quelques cinématiques d'après-courses suivant votre style de pilotage, un pilote venant vous insulter, votre coach venant vous féliciter...

  • Note Générale16/20

    On était en droit de s'attendre à un jeu un peu plus facile d'accès et si les amateurs seront ravis, les néophytes risquent de peiner devant la relative difficulté de plusieurs courses. Néanmoins, tout est une question de dosage, de retenue et passé un petit moment, vous devriez bien mieux vous en sortir. Voici donc un très bon jeu qui malgré des défauts (de gameplay notamment) parvient sans mal à nous amuser grâce à un mode Carrière bien pensé, des challenges variés et une bonne durée de vie.

    La note de la rédaction est une appréciation de la qualité générale du jeu, mais n'est pas une moyenne arithmétique des différents critères.

  • Note Lecteurs 17/20

Retour haut de page

Infos jeu

  • Editeur : Codemasters
  • Développeur : Codemasters
  • Type : Course / Simulation
  • Multijoueurs : 2 à 8 joueurs
  • Sortie France : 23 avril 2004
    (13 avril 2004 aux Etats-Unis)
  • Version : Textes et voix en français
  • Classification : Déconseillé aux - de 12 ans
  • Existe aussi sur :
    TOCA Race Driver 2 : Ultimate Racing Simulator - PC TOCA Race Driver 2 : Ultimate Racing Simulator - PlayStation 2 TOCA Race Driver 2 : Ultimate Racing Simulator - PlayStation Portable
  • Similaire à :
    TOCA Race Driver
Mots-clefs : TOCA Race Driver 2 Ultimate Racing Simulator, TOCA 2 Race Driver : Ultimate Racing Simulator TOCA 2 Race Driver Ultimate Racing Simulator