Test World Championship Rugby- PlayStation 2

PlayStation 2

Le Rugby, mis à part le fait d'être un sport mêlant force brute et stratégie, demeure également le domaine réservé des petites maximes fleurant bon le parfum à la fois âcre et subtil du terroir. On ne peut faire fi de ces célèbres commentaires allant du mythique "le cochon est dans le maïs", en passant par "ils ont arrêté le mammouth", jusqu'à "il a été pris par la patrouille", ensorcelés par un accent du midi aux saveurs occitanes. Cette fois-ci pourtant le cassoulet d'après match s'avère difficile à digérer.

World Championship Rugby

Transfuge quasiment en droite ligne de l'emblématique Jonah Lomu Rugby, seul titre de rugby sur la regrettée Psone, World Championship Rugby ne trompe pas quant à ses intentions. Sincèrement orienté vers un plaisir immédiat et non feint, il ne s'embarrasse pas des vicissitudes imposées par le support. Réalisé par le studio Swordfish, déjà responsable du suscité Jonah Lomu, WCR reprend dans les grandes lignes le jouissif gameplay de ce dernier, certes à l'époque un tantinet brouillon, pour nous le proposer dans un écrin plus richement décoré. En effet, paraissant complexes de prime abord les mécanismes possèdent une richesse ludique dissimulée qu'il faut mettre à jour. Basés sur le système simple et intuitif de la gestion des passes via les boutons latéraux (L1 et R1), permettant de changer l'aile d'attaque, en variant les assauts de gauche à droite, ils n'oublient pas d'adjoindre d'autres petites subtilités. Il est possible de fait d'exécuter un grand nombre d'actions à l'aide de peu de touches, minimisant ainsi l'aspect parfois austère ressenti à la vue et à l'essai d'une simulation sportive. Rajouter des hommes dans une mêlée, se saisir de la balle sous l'enchevêtrement de corps, aligner un nombre défini de joueurs lors d'une touche, toutes ces actions participent à instaurer une certaine confiance en l'exhaustivité du jeu, et par la même dans l'adoption d'une confortable aisance ludique. N'est-il pas primordial dans un type de soft tel que celui-ci de profiter d'un gameplay plutôt que de le subir, par le biais d'une assistance ou paradoxalement d'une complexité de tous les instants.

Test World Championship Rugby PlayStation 2 - Screenshot 11La texture de l'herbe se révèle assez fidèle à la réalité, contrairement à tout le reste

Les différentes aventures en terrain adverse se font par conséquent allègrement, en ayant l'impression de vraiment diriger avec brio les 15 athlètes musculeux, au sein d'un bien être réel. Les affrontements revêtent alors un habit de gala, donnant à contempler le spectacle d'un pugilat fluide et aux surgissements courageux innombrables. Non pas du rugby "paillettes" agrémenté de ralentis toujours plus impressionnants et d'angles de caméra à l'originalité incontestable, reléguant cependant le sport à l'arrière plan, mais un rugby simple (au sens noble du terme, sans fioritures) axant son optique sur le côté agréable et immanent. Participant à son caractère propre, cet état d'esprit lui fait également bien défaut. Une lame à double tranchant.

Test World Championship Rugby PlayStation 2 - Screenshot 12Les touches bénéficient d'un angle de vue favorisant la compréhension du jeu

Certes l'enthousiasme naïf d'un divertissement dont l'intérêt se situe à fleur de peau peut se contenir seul sur l'échelle de la qualité, si toutefois celle-ci n'apparaît pas comme peu stable et propice à une lourde chute. En bref, le titre manque cruellement d'aspérités pour nous agripper. Trop commun, trop fermé à la moindre innovation, il se sclérose et se perd dans une aberrante stupidité. Passé l'amusement premier, la découverte d'une façon d'appréhender le déroulement du titre légère et "fun", tout en étant fort complète, on s'aperçoit bien vite que ce ne sont pas les enchaînements de matches qui noueront nos poignets à la PS2, nous empêchant de vaquer à d'autres occupations, qu'elles soient vidéoludiques ou non. A n'en point douter, le rugby sous son air taciturne et bougon, n'en fait pas moins appel à une intelligence des comportements face à une situation donnée. Il n'est de fait pas rare qu'un changement de stratégie se révèle payant lors d'une rencontre au destin plus qu'incertain. Et c'est précisément à ce moment que les défauts surgissent de la gueule béante d'un intérêt effondré.

Test World Championship Rugby PlayStation 2 - Screenshot 13Quand la force brute s'extériorise...

Aucune combinaison n'est disponible, aucune gestion de l'équipe n'est proposée, mis à part les remplacements, en résumé rien ne différencie votre groupe de 15 molosses d'un autre, si ce n'est ce qu'en ont décidés les développeurs. Chaque opposition sur un vaste terrain vert commence de manière analogue, sans préparation. WCR a beau demeurer un jeu purement tourné vers l'arcade, cela ne le dispense tout de même pas de mettre à disposition des malheureux joueurs un minimum de possibilités tendant à fournir une assise conséquente. Accessible ne doit pas signifier fatalement vierge de tout ajout synonyme d'innovation et d'attention. On retrouve dans une moindre mesure le syndrome FIFA (désormais oublié), octroyant un divertissement instantané à défaut d'un fond solide et conséquent. Mais au moins le titre d'EA Sports faisait-il figure de parangon graphique dans son domaine.

Test World Championship Rugby PlayStation 2 - Screenshot 14Oui, les engagements se font par le biais de ce cône de lumière, et non ce n'est pas un des joueurs qui a une lampe torche

Le retour dans le temps existe, nous l'avons subi. Revenu aux temps immémoriaux des débuts chancelants de la PS2, les textures mises à part celle du gazon s'avèrent de faible qualité, accusant un voile terne, et semblent faire tout leur possible pour égaler la modélisation véritablement peu convaincante, et l'animation fortement hachée, faces de proue d'un navire à la dérive. Même s'il est de notoriété publique qu'un titre ne se forge pas une renommée à la seule force de son apparence graphique, il convient toutefois de signaler qu'il est quand même important d'attirer le regard, afin de conserver la passion par d'autres qualités. Le côté artistique ne fait pas tout, mais y participe, comme le reste. Il est dommage de maltraiter ainsi la forme quand le fond, bien entouré aurait pu s'élever ostensiblement. Malheureusement, les commentaires répétitifs et inintéressants des journalistes de France 2 spécialisés dans le domaine finissent de rebuter et entraînent un titre de prime abord assez bon, vers des limbes indéfinies.

Au final, copie malencontreuse de Jonah Lomu, dont il reprend les forces et les faiblesses, WCR se contente de réactualiser un tantinet le moteur graphique et de retirer l'aspect brouillon des rencontres. Toujours aussi amusant à plusieurs, mais à petite dose, le dernier soft estampillé Akklaim ne comble pas les espérances des nombreux fans d'un sport peu et mal représenté dans le domaine vidéoludique. Dommage. Et ce ne sont pas les nombreux tournois, semblables au demeurant, qui relanceront un intérêt en déliquescence. Il y avait pourtant du potentiel.

Killy, le 06 avril 2004

Les notes

  • Graphismes 9/20

    Principal défaut de son prédécesseur, l'aspect graphique fait encore aujourd'hui défaut à un titre qui méritait sans doute bien mieux. Que ce soit à la vision d'un public aux visages tuméfiés, aux couleurs ternes, et aux environnements de mauvaise qualité ou à la rencontre de joueurs raides et animés de manière lacunaire, il s'avère que WCR n'a pas bénéficié d'une attention importante. Le tout apparaît comme très moyen, sans être catastrophique.

  • Jouabilité 14/20

    Immédiat, intuitif mais néanmoins suffisamment recherché, le gameplay souffre en fait d'un manque total de profondeur. Parfait pour s'extasier devant des actions formidables et dynamiques, mais pas assez fouillé pour intéresser à long terme. A noter tout de même une configuration des touches par défaut optimale.

  • Durée de vie 13/20

    Sortir vainqueur des coupes des trois nations, des six nations, de la coupe du monde, et des tournées, sans oublier les défis mettant en scène des situations désespérées de matches de légende, vous occupera durant quelques chaudes journées de printemps. Si tant est que vous supportiez la carence d'intérêt majeur du titre.

  • Bande son 9/20

    Certaines compositions musicales, du moins celle des menus se révèlent correctes, mais ne dissimulent pas les commentaires énervants de deux commentateurs à la répétition coriace. Mieux que dans PES, mais tout de même lassant.

  • Scénario

    -

  • Note Générale9/20

    Encore un titre de rugby de qualité incertaine sur des consoles nouvelles générations qui pourtant ne demandent pas mieux qu'à desservir de manière respectueuse les fans de ce sport de plus en plus médiatisé, mais dont les adaptations consoles ne valent pas forcément le détour. Manquant de concurrents sérieux dans le domaine, World Championship Rugby peut se targuer d'être un des seuls choix valable en ces jours de disette. Peu convaincant, mais amusant à plusieurs et relativement long, si tant est que le mode difficile ne vous effraie pas, vous pourrez peut-être passer de bons mais courts moments. A quand un jeu digne de ce nom ? Le cochon ferait mieux de ne pas rester trop longtemps dans le maïs.

    La note de la rédaction est une appréciation de la qualité générale du jeu, mais n'est pas une moyenne arithmétique des différents critères.

  • Note Lecteurs 13/20

Retour haut de page

Infos jeu

  • Editeur : Acclaim
  • Développeur : Swordfish Studios
  • Type : Sport
  • Multijoueurs : 4 joueurs
  • Sortie France : 9 avril 2004
  • Version : français
  • Classification : Pour tous publics
  • Existe aussi sur :
    World Championship Rugby - Xbox World Championship Rugby - PC
  • Similaire à :
    EA Sports Rugby
Mots-clefs : WCR