Menu
Destruction Derby : Arenas
  • PS2
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Destruction Derby : Arenas sur PS2 /

Test Destruction Derby : Arenas sur PS2 du 12/01/2004

Test : Destruction Derby Arenas
PS2
Destruction Derby : Arenas
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Killy
L'avis de Killy
MP
Journaliste jeuxvideo.com
12 janvier 2004 à 18:00:00
11/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (34)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
14.4/20
Tous les prix
Prix Support
38.49€ PS2
49.99€ PS2
Voir toutes les offres
Partager sur :

Au loin l'horizon vacille, soumis à la vague de chaleur des moteurs vrombissant. Des fragrances d'huile et de gasoil tourbillonnent au-dessus de l'aride asphalte. Contemplant le reflet du lourd soleil de fin d'après-midi au sein des visières fumées des courageux conquérants, les mécaniciens s'attendent au pire. Et annihilation, il y aura.

Destruction Derby Arenas

Valeureux nostalgiques des excellentes versions estampillées un et deux (quelle imagination) de la série Destruction Derby, autant vous prévenir de suite, vous allez être déçus par nombre d'aspects. Tout d'abord, vous subirez les affres d'une jouabilité, qui bien que loin d'être inaccessible se veut tout de même raide et peu agréable. En effet, il existe en ce bas monde une excuse que beaucoup de titres utilisent en leur faveur, qui s'avère être le mot "arcade". Si l'on fouille un peu dans les turpitudes vidéoludiques, on s'aperçoit bien vite que ce terme si commode permet de faire passer par exemple une absence de fond, ou bien dans le cas présent, une maniabilité peu convaincante. Soit, il est vrai que l'on ne s'attend pas à un Gran Tourismo, dans lequel le moindre geste brusque provoque un accident potentiellement mortel, mais cela ne justifie en aucun cas l'archaïsme que l'on surprend à certains moments. La direction se révèle plus que flottante, et le rayon de braquage est relativement surprenant. De même, les dérapages intempestifs ne viennent pas spécifiquement nous réconforter. Il est vrai qu'après un temps, on parvient quelque peu à s'habituer, amis ce n'est que pour replonger lors d'un virage trop sec. La prise en main n'est donc pas calamiteuse, mais aurait mérité plus de peaufinement. Cette impression mitigée se retrouve, arborant un style malheureusement semblable, au sein de la réalisation graphique d'ensemble.

Destruction Derby Arenas
Une belle voiture couleur panthère du plus bel effet !
Disposant d'environnements relativement détaillés, ainsi que de tracés intéressants, que ce soit à un niveau purement technique ou bien spectaculaire, les impressions premières font espérer un grand titre, exempt des reproches que l'on rencontre parfois douloureusement, concernant l'emballage esthétique des softs dédiés à la PS2. Mais cet état de grâce s'évanouit dès lors qu'une folle cavalcade débute. On aperçoit alors au loin notre ami l'aliasing, venu pourtant de moins bonne grâce cette fois-ci. On nous signale également à ses côtés une approche visuelle particulière. Bien que les différentes voitures soient modélisées de manière sérieuse, elles possèdent toutes un aspect austère assez désagréable. Lorsque l'on s'approche un tantinet, on voit clairement que les différentes arêtes et crénelages, ont subi un lissage, qui s'il part d'une intention louable d'apporter une qualité conséquente à un produit phare, apparaît au final comme un handicap, remisant les furieux bolides à des polygones sans âmes. La preuve en est l'absence pratiquement totale de résidus de carrosserie se décollant lors d'un choc violent. On ne prend pas plaisir à contrôler des engins dénués du petit quelque chose d'enragé, que possédaient les automobiles des précédents opus. D'autre part, l'impression que la route entraîne la voiture sans que celle-ci n'ait de prise dessus, ainsi que les rotations basées sur un axe, et non sur un modèle physique plus à même de faire ressentir des frissons de ravissement, nuit à la crédibilité générale du titre. D'autant plus que cette dernière avait déjà une discussion enflammée avec le principe même du soft.

Destruction Derby Arenas
Ces moments sont légion dans les circuits de destruction
Amoureux de l'exhaustivité et de l'originalité, passez votre chemin. S'il est un fait que les diverses portions de circuits bénéficient à énormément de passages d'un souci évident de sérieux et de création à vocation purement et ludiquement extatiques, les cordes soutenant l'ensemble commencent à se distendre sérieusement. Rien de neuf à appréhender. Le classicisme semble de mise. Avec les sempiternels modes championnat (permettant ici de débloquer des engins motorisés), arène (mode circuit destruction), ainsi que course démolition (engranger des points pour espérer l'emporter en réduisant à néant vos concurrents). Bref, on aurait aimé des améliorations semblables à celles présentes entre les opus deux et trois (Destruction Derby Raw), qui bien que dispensable, avaient au moins le mérite d'être présentes. De plus, qu'a-t-on fait de la personnalité attribuée à chaque pilote, qui mettait un peu de piment lors de vos affrontements débridés ? On peut observer différentes réactions suivant les situations, mais aucun de vos opposants ne manifeste spécialement de la haine à votre égard. Dommage. Il est toutefois honnête d'avouer que malgré le manque d'intérêt flagrant de cette mouture, le fun est toujours présent. Les courses s'enchaînent, les carcasses de ferraille s'envolent, les montures se croisent et se frôlent à pleine vitesse. Votre adrénaline va connaître un bond prodigieux. Et c'est à ce moment précis que l'on regrette les nombreux défauts qui entachent sincèrement un plaisir que l'on aurait aimé plus vif.

Destruction Derby Arenas
Des environnements variés, mais peu peaufinés
Pourtant, grâce à l'ajout d'un mode online qui se veut une composante essentielle du titre, les développeurs de studio 33 auraient du renouveler de manière plus que conséquente la durée de vie, et surtout l'engouement pour leur rejeton. Cependant, il n'en est rien, du fait que les épreuves dédiées au jeu en ligne ne s'avèrent pas plus passionnantes que celles off-line, ce qui est un comble. Connaissant quelques menus problèmes de lag ainsi que des déformations graphiques très louches, il faudra encore un peu de temps, et surtout des nouvelles options permettant des combats sanglants pour enfin proposer un environnement multijoueur sur le réseau conséquent. Au final, et malgré l'ajout furtif d'une sorte de customisation relative au nombre de points engrangés en championnat, le manque d'innovation majeure, la jouabilité lacunaire et étrange, ainsi qu'un intérêt défaillant, place ce nouvel arrivant dans la famille tumultueuse des "Destruction Derby", en dernière place. Dommage.

Les notes
  • Graphismes 14 /20

    Sans être mirifiques, ils demeurent d'une bonne tenue générale. Cependant, on aurait apprécié un travail plus important concernant le réalisme des déformations. Mis à part cela, les divers bolides sont un peu trop lisses, et manquent par là-même de charisme.

  • Jouabilité 12 /20

    Non que les commandes soient difficiles à prendre en main, mais les mouvements des voitures sont surprenants à bien des égards. D'autre part, les dérapages ne suivant en aucun cas la logique de l'action demeurent tout de même une gêne. L'utilisation du boost est quant à elle sympathique, sans être vraiment originale.

  • Durée de vie 15 /20

    Débloquer des circuits et des véhicules vous prendra un certain temps, d'autant plus que l'implémentation du mode on-line multiplie ce dernier par deux. Mais il vous faudra résister au manque d'intérêt pesant.

  • Bande son 10 /20

    Des compositions musicales agréables sans être vraiment entraînantes, mais ayant le mérite de na pas être redondantes. Les voix françaises sont, par contre, inintéressantes. On a vraiment l'impression que la personne était déprimée.

  • Scénario /

    -

Divertissant est le mot qui convient le mieux à ce titre. Malheureusement, le plaisir ne peut monter dans des sphères plus hautes par la faute d'une cruelle carence de nouveautés dignes de ce nom. A la manière de la série des Ridge racer commençant sérieusement à s'essouffler, celle des Destruction Derby finit par lasser dans la surenchère d'accidents de moins en moins spectaculaires et de plus en plus artificiellement présents. Rien ne rehausse l'impression tenace que l'on rate un grand moment de jeu vidéo. Et ce n'est pas le système d'items à récolter sur les pistes ou encore de l'utilisation de la nitro volée à Need For Speed qui sauvera le tout. Une mauvaise surprise que l'on espère retapée lors d'une probable suite.

Profil de Killy
L'avis de Killy
MP
Journaliste jeuxvideo.com
12 janvier 2004 à 18:00:00
11/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (34)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
14.4/20
Mis à jour le 12/01/2004
PlayStation 2 Action Course Sony Studio 33
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Pagan Online - Le hack'n slash venu de l'Est qui ne perd pas le nord
    PC
  • Preview : Harry Potter : Wizards Unite, un premier aperçu très encourageant
    IOS - ANDROID
  • Preview : Sekiro Shadows Die Twice - Un mariage réussi entre Dark Souls et Tenchu
    PC - PS4 - ONE
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Sekiro Shadows Die Twice
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Mortal Kombat 11
    PC - PS4 - ONE - SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce
  • Pokémon Épée / Bouclier
    SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce