Menu
RoboCop
  • Tout support
  • PC
  • NGC
  • PS2
  • Xbox
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Robocop
PS2
RoboCop - 1989
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Logan
L'avis de Logan
MP
Journaliste jeuxvideo.com
06 janvier 2004 à 18:00:00
5/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (5)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
3.2/20
Tous les prix
Prix Support
4.18€ PC
4.18€ PC
23.99€ Xbox
48.90€ PS2
129.90€ Xbox
Voir toutes les offres
Partager sur :

N'espérant aucun secours d'où et de qui que ce soit face à une prise de pouvoir de la violence et du crime, la Ville de Détroit se décida à mettre au point un rempart cybernétique portant le doux nom de Robocop. De son pas lourd et métallique, bravant des salves de balles rageuses, seul son esprit de justice semblait capable de réfreiner sa puissance. Mais, peut-il tomber en panne ?

Robocop

Fier de sa licence, acquise indubitablement à grand renfort d'une monnaie aux reflets verdâtres, notre ami le policier en acier trempé promène sa carcasse inoxydable dans les rues désertes de sa cité natale, au grand dam de Paul Verhoeven, qui s'il était mort se retournerait dans sa tombe. En effet comment accepter cette adaptation de faible tenue, lorsque le réalisateur est parvenu, malgré le sujet amenant davantage vers une bête production de série B, à concocter un film de qualité à l'ambiance intéressante. La malédiction des titres inspirés d'oeuvres cinématographiques à succès plane désormais sur ce malheureux être de métal. FPS de plus, Robocop déçoit dès les premières secondes de jeu. Adapté maladroitement d'une version PC catastrophique, sa prise en main se révèle problématique et pensée de manière lacunaire pour un opus destiné à une console de salon. N'ayant aucune emprise sur le calibrage de votre manette, l'étrange sensibilité des sticks ne vous permettra en aucun cas d'espérer un jour obtenir une précision de tireur d'élite. Vous pourrez au mieux postuler en tant que marchand d'armes, et encore. Sachant que vous écoperez de points de pénalité, (influant sur une jauge de criminalité qui s'emplit à chaque exaction de votre part) en blessant des civils ou des hommes désarmés, vous allez devenir malgré vous le prince, que dis-je, le roi de la bavure. Fort heureusement, vous disposez au sein de votre matériel de pointe, d'une visée à focale variable. En résumé, il vous est possible de zoomer deux fois afin de cibler parfaitement le crâne dégarni de votre adversaire. Cependant, cette dextérité soudaine et relative s'avère peu jouable, obstruant votre champ de vision et par là même vos ennemis. Le compromis n'existe donc pas en ce monde. Soit vous bénéficiez d'un excellent panorama, mais vous massacrez des veuves et des enfants, soit vous exterminez tous les malfrats d'une balle au creux des tempes, mais en implosant avant la fin du niveau. Si au moins l'ambiance était présente.

Robocop
Notez la superbe modélisation de la main
Arpentant les dédales sombres de Néo-Détroit, en l'an 2015, il vous semblera visiter un décor de western agrémenté de ses saloons en carton-pâte. D'une part les environnements traversés recèlent nombre d'incohérences (lampadaires indestructibles à certains moments et pas à d'autres), et de bugs graphiques affligeants au point d'en devenir énervant (de ce point de vue l'eau est fantastique), et d'autre part les textures sont fades et baveuses, mettant en exergue un aliasing et des ralentissements désastreux. Tout cela fait montre d'un développement bâclé vraiment désagréable. De même, l'adjonction d'une visée infra-rouge, désirée apparemment novatrice, ne fait qu'ajouter de l'eau à un moulin déjà bien engorgé. En fait, elle ne détecte la chaleur des opposants que lorsque vous les voyez courir en tout sens apeurés par votre personne. C'est à dire que dès lors que ces derniers sont dissimulés à un coin de rue, attendant patiemment votre passage pour délester leur stock de munitions sur vous, vous n'avez pas l'occasion d'apercevoir la moindre parcelle de leur corps. Un non-sens digne du regretté Flying Circus. De plus, la lenteur abusive de vos mouvements, rythmée par le bruit mélodieux d'une poutrelle s'écrasant lourdement à terre, participe activement à la désaffection réglementaire dans ce cas précis. Vous vous dîtes alors qu'il n'y a rien pour le sauver. Et bien vous avez entièrement raison.

Robocop
Certaines fusillades amènent un peu de rythme dans ce morne ensemble
Pour parachever cette oeuvre, il est de bon ton de mentionner le cas d'une intelligence artificielle tellement poussée qu'elle manifeste des troubles mentaux. Un nouveau pas vient d'être franchi dans l'histoire des jeux vidéo. Certains sont névrosés, d'autres autistes, d'autres encore simplement idiots. A voir ces pauvres hères dans un tel état, on se demande rapidement la manière adoptée par les "méchants" lorsqu'ils recrutent des sbires. Leurs réactions (quand ils en ont) ne sont jamais logiques, et paradoxalement ils peuvent gaiement vous occire de plus de 500 mètres. Mais tout cela ne fait que pâle figure face au fait que vos coéquipiers ne répliquent même pas lorsque vous leur tirez dessus. Ah l'esprit de cohésion ! D'autre part, la modélisation de ceux-ci, ainsi que celle de tout le monde par ailleurs demeure laborieuse et utilise le moins d'arrondis possible. Vous vous retrouverez par conséquent à observer les agissements d' individus cubiques, dotés d'une animation contenant une carence en étapes de décomposition du mouvement, à l'instar d'un G.I Joe rouillé. Et la gestion des dégâts n'est pas en reste. Il ne sera pas rare, ayant logé une "boulette" (spéciale dédicace à Nicky Larson), au sein de la boîte crânienne d'un contrevenant, que celui-ci lève les bras vers le ciel et se rende. C'est la moindre des choses en effet. Mais il y aurait tant à dire sur ce Robocop, qu'une simple feuille n'y suffirait pas. A cette étape là ce n'est que de la curiosité. Plus ce serait de la gourmandise. Et je n'ai pas faim du tout.

Les notes
  • Graphismes 6 /20

    Avec un voile sur la PS2, en dissimulant les manettes, et en masquant les boutons relatifs à l'écran, vous auriez bien du mal à avouer, même sous la torture que les images que vous observez proviennent de la machine de Mr Sony. Le plus choquant demeurent les ralentissements, absents de la version Xbox. Cette mouture surprend par sa médiocrité accrue. La PSone n'est pas morte.

  • Jouabilité 7 /20

    Le calibrage de la manette n'est vraiment pas optimal et nuit gravement à l'intérêt du soft. Un FPS dans lequel on ne peut que difficilement viser perd énormément de sa crédibilité. La raideur de l'ensemble n'amène pas un regard plus compatissant, loin de là. De plus, les ralentissements réduisent à néant ne serait-ce qu'une esquisse de joie.

  • Durée de vie 8 /20

    Etant donné que la difficulté est relativement élevée, vous n'en viendrez pas au bout en un après-midi. Maintenant, vu qu'il n'y a rien de particulièrement passionnant à débloquer, résisterez-vous à l'envie de mettre fin à cette expérience particulière ?

  • Bande son 7 /20

    Une absence étrange du grand thème des opus cinématographiques, cependant beaucoup moins que la disparition totale de créations musicales au long du titre. Les voix digitalisées sont quant à elles peu convaincantes.

  • Scénario 9 /20

    Une trame politico-policière reprenant celle du long-métrage dans les grandes lignes. Néanmoins la mise en scène quasiment absente fait de rares apparitions peu innovantes.

Concernant ce produit, nos amis de chez Titus ont visiblement effectué le minimum syndical. Poussant le vice jusqu'à proposer des graphismes pauvres et indignes d'une PS2, ce titre met en scène une grande partie des lacunes qui ne devraient plus poindre à la vue de l'avancée technologique et artistique des jeux vidéo. Alors effectivement il s'agit d'un FPS, un First Person Shooter (retenez bien ce dernier terme). Le problème réside dans le fait que si l'on "shoot" à satiété, on ne sait ni vraiment où, ni pourquoi. Une bien mauvaise utilisation d'une licence qui ne demandait qu'à faire ses preuves. Murphy doit aller recharger ses batteries. A noter des ralentissements énormes, et un aspect graphique porté sur la pixellisation à outrance. On a pratiquement l'impression que les les versions PS2 et Xbox ne sont pas des softs semblables.

Profil de Logan
L'avis de Logan
MP
Journaliste jeuxvideo.com
06 janvier 2004 à 18:00:00
5/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (5)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
3.2/20
Mis à jour le 06/01/2004
PlayStation 2 Action FPS MGM Interactive Titus Cinéma
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Crackdown 3 : un multijoueur étonnament addictif
    PC - ONE
  • Preview : Just Cause 4 : Meilleur bac à sable que jeu d'action ?
    PC - PS4 - ONE
  • Preview : BlizzCon 2018 : Diablo Immortal - Nos impressions sur le hack'n slash mobile diabolisé
    IOS - ANDROID
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Battlefield V
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Jump Force
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Super Smash Bros. Ultimate
    SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce