Menu
Mission : Impossible : Operation Surma
  • Tout support
  • GBA
  • NGC
  • PS2
  • Xbox
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Mission Impossible : Operation Surma
GBA
Mission : Impossible : Operation Surma
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de la_redaction
L'avis de la_redaction
MP
Journaliste jeuxvideo.com
29 décembre 2003 à 18:00:00
8/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (5)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
11.8/20
Tous les prix
Prix Support
7.99€ GBA
12.19€ GBA
25.00€ NGC
25.00€ PS2
29.90€ PS2
49.88€ NGC
Voir toutes les offres
Partager sur :

Bonjour monsieur Phelbs, votre mission, si vous l'acceptez, sera de pénétrer au sein d'un complexe militaire irradié, gardé par 2580 hommes entraînés au combat depuis le CM2, disposant de capteurs de mouvements de seconde génération, les yeux bandés, nu, en mangeant une choucroute avec un bras dans le dos. Vous avez cinq minutes, bonne chance. Pssssch (bruit de la bande qui s'auto-détruit). Mission Impossible ? Vous n'avez encore rien vu.

Mission Impossible : Operation Surma

Autant pénétrer directement au sein d'un monde différent que peu d'élus sont autorisés à admirer de leurs propres yeux. Une contrée invisible aux profanes. Un lieu de recueillement. La Terre de la sous-exploitation de la GBA. En effet, dès la première image fixe, un sanglot de nostalgie nous tiraille la gorge. Tiens, on jurerait de la NES ! Direz-vous sûrement. Vous vous croirez, pour les plus vieux d'entre vous, revenus aux temps des 32 couleurs flashy, où les graphismes ne signifiaient rien. Mais voilà, cette époque est révolue, et ce sentiment diffus ne se nomme plus nostalgie mais dégoût. Certaines équipes de développement disposent de davantage de moyens financiers que d'autres, cela est certain, mais proposer un tel amas de pixels indigeste relève plus du sadisme. Et cela ne fait que se confirmer par la suite.

Mission Impossible : Operation Surma
Voici l'archétype du mouvement qui ne sert à rien, sinon à se faire tuer
Notre ami Ethan Hunt, victime d'une démarche d'une raideur sans commune mesure, se trouve de plus affublé d'une animation décomposée de manière lacunaire. Néanmoins, le pauvre homme n'affronte pas ce calvaire seul, du fait de défauts similaires accrochés aux différents protagonistes. D'autre part, bien que les diverses missions se déroulent dans de sombres bases emplies de gardiens assoiffés de sang, situées au Moyen-Orient ou en d'autres pays abritant (selon les services secrets) des terroristes, cela n'explique pas le peu de mobilier à l'intérieur de ces dernières. Dans leur grand ensemble, les environnements jouissent d'une carence de détails inquiétante, d'autant plus lorsque l'on s'aperçoit du manque de finition dont bénéficient les personnages imbriqués dans de ténébreux complots. L'un dans l'autre, on peut aisément se demander la raison pour laquelle tout ceci s'avère tant dépouillé. Un mystère bien insoluble. Mais qui dit espion, dit infiltration. Votre tâche principale est par conséquent de vous immiscer furtivement chez un ennemi inconscient afin de déjouer ses plans. Un travail qui aurait pu se révéler divertissant, si seulement un manque d'intérêt pesant ne s'était pas invité à cette réception de l'ambassadeur.

Mission Impossible : Operation Surma
La fameuse icône en bas à droite, vous permettant d'assommer le garde
Maniant un arsenal assez important de gadgets et autres outils plus ou moins létaux, il vous est donc laissé l'embarras du choix. Cependant, ce n'est qu'une impression. N'ayant que peu d'utilité réelle, vos brouilleurs de caméra, accompagnés de masques à gaz et de transmetteurs ne vous serviront véritablement qu'à très peu de reprises. Leur présence semble plus découler d'une volonté de coller à la mode de l'espionnage tactique, qui pour le coup ne l'est pas. Et le gameplay n'arrange rien. Malgré la réponse immédiate et sans accrocs des commandes, l'utilisation des mouvements du Solid Snake en formation n'est pas du tout intuitif, en encore moins pratique. Il vous est donné la possibilité de glisser le long d'un mur, dans l'ombre, afin de saisir votre proie qui vous aura déjà aperçue depuis dix bonnes secondes, de vous déguiser avec les vêtements des gardes assommés traînant au milieu d'un couloir large de un mètre cinquante, sans que personne ne le remarque, ainsi que de mettre hors d'état de nuire un soldat par le biais d'une tape amicale sur la nuque. Ce dernier point se révèle par ailleurs peu ingénieux, étant donné que vous devez attendre qu'une icône vous autorisant à effectuer cette action apparaisse.

Mission Impossible : Operation Surma
Les chiens sont beaucoup plus malins que les sentinelles
Donc, six fois sur dix, vous courez après une sentinelle dans l'espoir de pouvoir vous en défaire du premier coup. Suivant une logique implacable, elle fera volte-face, et videra son chargeur sur votre malheureuse personne toujours en train de tenter une prise du sommeil salvatrice. Précisons que six balles suffisent à venir à bout du petit Hunt. L'infiltration nouvelle génération. Pour finir, j'évoquerais le fait que le character-design demeure de mauvaise qualité et d'un classicisme exaspérant, souligné par une bande sonore sincèrement redondante, grésillant comme nulle part ailleurs, agrémentée de bruitages d'un autre âge. Au final, pouvant être divertissant du fait de l'attrait vis-à-vis du légendaire "silent kill" propre aux titres d'espionnage, ainsi que de l'ambiance de fascination due au type même du soft, ses lacunes apparaissent trop visiblement, disposées sur un tableau vide de couleurs et de fond artistique. La mèche s'est consumée trop rapidement.

Les notes
  • Graphismes 7 /20

    Véritablement indignes d'une GBA, les graphismes ne sont en aucune manière le reflet d'un travail approfondi sur une ambiance particulière ou une volonté artistique quelconque. Au prix auquel sont vendus les jeux, un minimum de respect vis-à-vis de l'acheteur s'impose.

  • Jouabilité 9 /20

    Non que les commandes ne soient pas précises, mais le responsable se trouve être un gameplay lacunaire et peu pratique. Il demeure certaines bonnes idées néanmoins noyées dans le flot principal.

  • Durée de vie 14 /20

    La difficulté est relativement bien dosée, mais consécutive à une carence résidant au coeur de la jouabilité. Un certain nombre de passages deviendraient par là même aisés.

  • Bande son 8 /20

    Les grands amateurs du fort fameux (au sens célèbre) thème de la série télévisée retrouveront leurs marques, cependant entachées par un grésillement intempestif et désagréable.

  • Scénario 8 /20

    Les terroristes sont parmi nous, et ils posent des bombes et veulent détruire le monde.

Pratiquement du même acabit que Terminator 3 au niveau de l'intérêt, cet opus de Mission Impossible le dépasse très légèrement concernant l'aspect ludique. Mais ce n'est pas avec ces deux titres que les fans respectifs des deux genres représentés trouveront leur bonheur. Opération Surma, manque de passion. Sans coeur et vide d'âme, ce produit ne peut décemment pas se placer aux côtés d'un Splinter Cell pourtant décevant sur la portable de Nintendo. Les licences sont décidément des croix lourdes à porter.

Profil de la_redaction
L'avis de la_redaction
MP
Journaliste jeuxvideo.com
29 décembre 2003 à 18:00:00
8/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (5)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
11.8/20
Mis à jour le 29/12/2003
Gameboy Advance Action Infiltration Atari Cinéma
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Crackdown 3 : un multijoueur étonnament addictif
    PC - ONE
  • Preview : Just Cause 4 : Meilleur bac à sable que jeu d'action ?
    PC - PS4 - ONE
  • Preview : BlizzCon 2018 : Diablo Immortal - Nos impressions sur le hack'n slash mobile diabolisé
    IOS - ANDROID
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Battlefield V
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Jump Force
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Super Smash Bros. Ultimate
    SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce