Test Battlestar Galactica- Xbox

Xbox

Ah la vache, le choc que ça m'a fait de voir arriver un jeu tiré de Galactica. Car c'est plus qu'une série dont on parle là, c'est tout une culture, un fondement de la série SF, les débuts de Dirk Benedict (hein, alors, c'est pas une preuve ça ?). Un vrai mythe quoi ! Dommage que cette licence n'accompagne pas un jeu aussi culte.

Battlestar Galactica

"Par la grâce du seigneur des Kobols, le Galactica continue de conduire les survivants en direction de ces lumières qu'un jour, il nous a été donné de voir et qui ont disparu tout à coup sans autre explication. Certains pensent que ces lumières, peut-être celles des vaisseaux intergalactiques, viennent de la Terre." Souvenirs, souvenirs, ma tendre enfance fût bercée par Galactica malgré sa suppression rapide des écrans. L'air de rien, et même si ça a l'air super ringard maintenant, cette série aura ouvert la voie à la Science Fiction télévisuelle (oui, avec Star Trek un peu aussi). Bon, ok, c'est bien repompé sur Star Wars mais tout de même. Alors pour les connaisseurs, le scénario du jeu prend place une quarantaine d'années avant les événements narrés par la série, et c'est l'enseigne Adama qu'on incarnera, bien avant qu'il ne devienne le big boss du vaisseau Galactica. A une époque où Starbuck n'était même pas né ! Même l'Agence Tout Risque ne passait pas encore à la télé.

Test Battlestar Galactica Xbox - Screenshot 8Le Galactica dans toute sa splendeur.

Ce n'est pas surprenant, c'est la forme d'un space shooter que prend cette adaptation. Mais attention, pas le genre Starlancer, là on donne plutôt dans l'arcade même si le système offre quelques finesses. Aux commandes de votre Viper (le vaisseau qui ne ressemble pas du tout à un X-Wing), vous devrez d'abord apprendre à calibrer vos armes. 2 couples de réglages sont accessibles : portée/agilité et vitesse/puissance. A vous de favoriser l'un au détriment de l'autre. Une idée sympathique qui mériterait d'être reprise. Le fonctionnement de votre vaisseau passe également par la gestion de l'énergie. Une seule jauge alimente votre booster de vitesse et la fonction de tir secondaire qui permet d'envoyer ad patres à coups de missiles. Bon ceci dit, il n'y a là rien de formidablement complexe mais disons qu'il faudra garder un oeil dessus plutôt deux fois qu'une.

Test Battlestar Galactica Xbox - Screenshot 9C'est fou comme ça peut être vide l'espace tout de même.

Quelle que soit votre mission, l'autre chose à savoir faire c'est repérer les cibles prioritaires. La chose peut parfois être ardue, car distinguer à l'oeil nu un simple appareil d'un leader, c'est pas évident. C'est là qu'intervient la touche triangle qui vous permettra de locker l'objectif principal (vaisseau à protéger, élément à détruire, etc.), une vue à 360 degrés vous permet de le localiser dans l'espace, plus qu'à filer dessus. Pour corser encore un peu les choses, on retrouve un système d'ordres à la Rogue Leader. Avec la croix directionnelle, on peut ainsi demander à deux équipiers de se charger d'une cible par exemple.

Test Battlestar Galactica Xbox - Screenshot 10On vise, on locke, on tire. Facile

Le problème de Battlestar Galactica c'est qu'il est horriblement confus. Au milieu des batailles, on se retrouve perdu dans un fouillis de petits points brillants qui sont en réalité les Cylons qu'on aimerait bien pouvoir exploser à la fin d'un bon vieux dogfight des familles. Seulement voilà qui est particulièrement ardu. Non seulement on a une très mauvaise lisibilité (et le radar à la Rogue Leader n'aidera pas franchement) mais on doit aussi faire avec une maniabilité qui déconcerte un peu au départ, le vaisseau virant très abruptement. On s'y fait mais les débuts sont assez calamiteux. Finalement, au bout d'un moment, on laisse tomber les ballets aériens et on applique la méthode du fainéant, puisque c'est la seule efficace : on maintient la touche enfoncée pour locker un maximum d'ennemi et on leur envoie nos missiles à têtes chercheuses. Dans toutes les situations, c'est encore la meilleure solution. Exception faite peut-être des escortes ou du secours porté à nos camarades, puisque avant de tirer, il faut déjà les trouver. L'intérêt décroît alors très rapidement. Pourtant, cela ne rend pas le jeu si facile qu'on pourrait le penser. Parce qu'on peut toujours se faire dégommer ou rater un objectif (souvent en raison d'une mauvaise compréhension d'un but pas clair). Et là, c'est le moment de pleurer un bon coup sur le système de sauvegarde pathétique. Voilà, vous venez de vous enquiller 25 minutes de jeu pour boucler une mission, c'est quasiment terminé et pour une raison stupide, vous mourrez. Là on se dit :"pas grave, je vais reprendre à un checkpoint". Ah ben non tiens, je reprends depuis le début. Alors vous je sais pas, mais moi ce genre de plan ça me donne comme des envies de meurtres. Surtout lorsque les fameuses minutes de jeu qui précédent ne m'ont pas laissée un souvenir impérissable de bonheur ludique.

Esthétiquement, le titre est loin de nous mettre une baffe. On nous représente un espace crédible et c'est peut-être là qu'est le problème. L'espace, dès qu'on s'éloigne un peu c'est tout de même plein de vide. Pourtant, avec une nébuleuse par-ci, une planète par-là, ça fait de suite plus joyeux. Il y en a bien ici mais on est loin encore une fois de la classe du titre de Factor 5. On a tout de même droit à de jolis effets sur les explosions. Pour le reste c'est un peu cheap.

Dinowan, le 24 décembre 2003

Les notes

  • Graphismes 11/20

    Les explosions sont bien rendues mais d'une manière générale, le soft est un peu cheap, rien de bien joli à regarder, c'est un peu froid et la lisibilité de l'action n'est pas au top.

  • Jouabilité 11/20

    De bonnes choses dans le gameplay comme la possibilité d'ajuster les armes ou la caméra mobile pour repérer une cible mais dans la pratique, le jeu est trop brouillon et les sensations fortes absentes.

  • Durée de vie 15/20

    Une certaine difficulté et un système de sauvegarde éprouvant (et pas génial) assurent à Battlestar une durée de vie conséquente mais un peu artificielle

  • Bande son 14/20

    On retrouve les thèmes de la série avec de forts relents de John Williams tout de même. Les voix en VF sont correctes.

  • Scénario

    -

  • Note Générale10/20

    En définitive, Battlestar Galactica est loin de se montrer particulièrement convaincant. De bonnes idées dans le gameplay mais qui ne se concrétisent pas vraiment et une réalisation moyenne le maintiennent à un niveau de fun plutôt moyen. En plus, même l'ambiance de la. série n'est pas franchement au rendez-vous, ce qui rend l'achat tout à fait dispensable, même pour les fans.

    La note de la rédaction est une appréciation de la qualité générale du jeu, mais n'est pas une moyenne arithmétique des différents critères.

  • Note Lecteurs 16/20

Retour haut de page

Infos jeu

  • Editeur : Universal Interactive
  • Développeur : Warthog
  • Type : Shoot'em up
  • Multijoueurs : Non
  • Sortie France : 10 décembre 2003
    (3ème trimestre 2003 aux Etats-Unis)
  • Version : Textes en français
  • Classification : Déconseillé aux - de 12 ans
  • Existe aussi sur :
    Battlestar Galactica - PlayStation 2 Battlestar Galactica - Xbox 360 Battlestar Galactica - PC
  • Similaire à :
    Battlestar Galactica
Mots-clefs : Battle Star Galactica