Menu
Les Chevaliers de Baphomet : Le Manuscrit de Voynich
  • Tout support
  • PC
  • Box SFR
  • Box Orange
  • PS2
  • Xbox
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Les Chevaliers de Baphomet : Le Manuscrit de Voynich
Xbox
Les Chevaliers de Baphomet : Le Manuscrit de Voynich
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Logan
L'avis de Logan
MP
Journaliste jeuxvideo.com
19 novembre 2003 à 18:00:00
15/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (16)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
14.9/20
Tous les prix
Prix Support
10.67€ PC
24.00€ PC
37.72€ Xbox
40.10€ PS2
82.43€ PS2
96.00€ Xbox
Voir toutes les offres
Partager sur :

Je me suis toujours posé des questions sur l'importance de certains jeux dans ma vie. Il est étonnant que des pans de mon existence soient liés à des jeux et non pas spécifiquement à des personnes ou des événements. Bien sûr, je ne vis pas en autarcie depuis plusieurs dizaines d'années mais en parallèle de souvenirs mémorables que ma pitoyable mémoire daigne bien me rappeler, quelques titres m'auront marqué à tout jamais. Tout ce beau discours pour vous dire que la série de Charles Cecil, Les Chevaliers de Baphomet, à l'instar de Monkey Island, m'aura remué dans tous les sens et aura réussi à me faire pleurer de rire, chose que seules certaines personnes (volontairement ou involontairement) avaient jusqu'alors réussi.

Les Chevaliers de Baphomet : Le Manuscrit de Voynich

Où voulais-je en venir via cette intro à tendance nostalgiquophilosophiquesque ? C'est très simple. Je voulais juste vous faire comprendre qu'on a toujours une grande appréhension quand on sait qu'une série qui a bercé une période de votre vie va revenir sur le devant de la scène. Peur que le côté technologique prévale sur le côté scénaristique (enfin cela dépend bien sûr du type de jeu), que la magie d'autrefois s'efface au profit d'une démonstration de programmation ou encore qu'on n'éprouve plus aucune de ces sensations qui nous faisaient bêtement sourire devant son moniteur Philips 15 pouces (qu'il est doux de se remémorer ces souvenirs joyeux où un seul titre nous suffisait pendant deux, trois mois). Ce tiraillement fut mien lorsque Monkey Island passa d'une superbe et désopilante 2D (bourrée de références aussi bien cinématographiques que comiques) à une 3D plus « dans le temps ». Quelle ne fut donc pas ma joie de voir que mon cher Guybrush avait su conserver toute sa ferveur, son flegme et ses dizaines d'insultes à la minute à destination de n'importe quel pirate ayant l'outrecuidance de lorgner sur son gouverneur adoré ! Mais si la série de Lucas Arts avait brillamment passé ce cap difficile qu'est celui de la 2D/3D, ce n'est pas pour autant que j'attendais sereinement le troisième épisode des Chevaliers de Baphomet, sachant pertinemment que rien n'est jamais joué, surtout dans le milieu vidéoludique ou on confond souvent empressement et talent.

Les Chevaliers de Baphomet : Le Manuscrit de Voynich
Le jeu est plus facile que les précédents, notamment grâce au fait que les objets soit en surbrillance.
Disons le tout net, à l'image de Monkey Island, Les Chevaliers de Baphomet, malgré plusieurs défauts, parviendra à rallier à sa cause n'importe quel joueur qui a déjà eu l'immense honneur de suivre les premières aventures de George et Nikki. Pourtant cette fois point de bouc à occire, point de château perdu en Irlande, mais des tas de clins d'oeils aux premières aventures et le plaisir de retrouver nos deux aventuriers qui s'ils ont subi un lifting les rendant plus adultes, n'en gardent pas moins toute leur fougue d'antan quand il s'agit de nous faire rire au travers de situations cocasses, de magnifiques jeux de mots ou répliques remplies d'humour très second degré. Pour ce qui est du scénario, pas de souci à se faire, celui-ci remplissant bien son rôle : Nous faire rire et frémir. S'appuyant sur le manuscrit de Voynich, qui existerait réellement, l'ouvrage recélant plusieurs secrets séculaires ayant vraisemblablement été rédigé dans une langue inconnue par un certain Roger Bacon (oui, oui, le même que dans Shadow Hearts), le scénario mettra également en avant l'ordre des Templiers indissociable de la saga. De plus l'aventure nous faisant voyager du Congo à Paris en passant par l'Angleterre, Prague, nul doute que vous ressentirez un fort dépaysement. Ainsi, d'un point de vue scénaristique, on ne peut quasiment rien reprocher au jeu, celui-ci étant passionnant d'un bout à l'autre et agrémenté de dialogues savoureux. Dommage tout de même que l'humour soit moins présent dans cet opus, même si on retrouve des passages typiques "Chevaliers de Baphomet" (le passage dans la ruelle à Clastonbury est à ce titre hilarant et totalement dans l'esprit de la saga).

Les Chevaliers de Baphomet : Le Manuscrit de Voynich
Le duo de choc en action, attention au délit de sale blague.
Si Revolution a su une fois encore nous surprendre via un scénario très habile mettant en avant un humour qui n'empiète jamais sur la nature sombre du scénario, je reste malgré tout sceptique sur l'emploi de la 3D. Si à l'instar de Monkey Island, la 3D de Baphomet 3 n'apporte rien à l'ensemble, celle de Lucas Arts gardait cette ambiance savoureuse et joyeuse nous dépeignant un univers aussi riche que les 3 premiers opus en 2D, ce qu'à aucun moment celle de Baphomet 3 n'arrive à faire. Les décors sont vides, les animations des personnages bas de gamme, il manque des étapes intermédiaires au niveau des mouvements des personnages lors des cinématiques, plusieurs saccades sont à signaler et franchement le tout fait un peu pitié à voir. Ce qui énerve encore plus, c'est qu'on se demande si Charles Cecil, en déclarant que le point and click est mort, pensait également que les jeux d'aventure en 2D avaient périclité !! Ce qui fera bien rire l'amateur puisque, comme le soulignait l'ami Jihem dans son test PC, Runaway a démontré d'une façon brillante que la 2D était toujours de la partie, se rapprochant plus que jamais d'un superbe tableau qu'on déguste du regard tout en jouant ! Bref, le côté artistique de Baphomet laisse ici pleinement sa place à l'histoire qui nous le savons tous constitue le corps de tout jeu d'aventure. On ne s'attardera donc pas sur cet aspect technique qui pourra certainement rebuter ceux qui n'ont jamais eu l'occasion de tisser des liens d'amitié avec Nico et Georges au cours de leurs aventures précédentes. Pour les autres, et bien que des problèmes de doublage interviennent (les lignes de dialogue se chevauchant très souvent), on retrouvera avec plaisir les doubleurs d'origine (Emmanuel Curtil en tête) pour des retrouvailles encore plus marquantes.

Les Chevaliers de Baphomet : Le Manuscrit de Voynich
Les cinématiques manquent de pêche et sont très moyennes.
Mais c'est alors que Baphomet remonte la pente grâce à son gameplay magnifiquement intuitif (une vraie courbe boursière ce jeu). Si on reste tout de même nostalgique du système "point and click", Revolution n'aura jamais mieux porté son nom en créant un système d'une simplicité enfantine. En effet, chaque bouton de la manette est associé à une icône en fonction des situations (de recherche ou d'action). Il suffira alors de s'approcher d'un objet, qui apparaît en surbrillance, pour voir les possibilités qui vous sont offertes : Examiner, Interagir avec un objet, Parler à une personne, Saisir un objet... Si on ne peut nier que le tout est drôlement pratique les aficionados trouveront que le tout perd en complexité. Le coup des objets en surbrillance sied parfaitement à un jeu comme Resident Evil (où l'action prime) mais à un jeu plus cérébral comme celui qui nous intéresse c'est un peu moyen. Ensuite les phases de plates-formes (qui apparaissent à plusieurs endroits) ne servent strictement à rien, cassant le rythme et étant d'un intérêt frôlant le zéro, vos actions se limitant à arriver à un endroit et à appuyer sur le seul bouton disponible pour faire monter, descendre, s'accrocher le personnage. Ensuite, on reprochera au titre de lorgner un peu trop du côté de Tomb Raider pour ce qui est de ces phases de "varappe" ou pour ce qui est des énigmes à base de caisses. Enfin les phases à la Dragon's Lair (où vous devez appuyer rapidement sur un bouton pour faire avancer une cinématique) ne servent absolument à rien et ennuient plus qu'autre chose. On restera donc sceptique devant certains choix totalement inappropriés à un jeu d'aventure tout en se disant que le système d'icônes est bien pensé bien qu'apportant en même temps une plus grande facilité, mais bon quand on veut plaire à un plus large public il faut savoir faire des concessions. Au final la maniabilité est instinctive mais plusieurs phases de gameplay semblant s'être totalement perdues dans un univers où elles n'ont pas leur place, on se dira que Baphomet 3 représente certes une étape charnière dans la série, mais également un fourre-tout pour les développeurs qui n'auront pas réussi à faire le tri dans tout cet amoncellement d'idées.

Les Chevaliers de Baphomet : Le Manuscrit de Voynich
Dommage que les décors soient si vides.
Difficile de porter un jugement sur ce jeu, dans le sens où j'en attendais énormément. D'un côté on retrouve un scénario toujours aussi développé, un gameplay élaboré, un humour très british (donc exquis) et les personnages de Nico et Georges ainsi que plusieurs références aux aventures antérieures. Mais du côté sombre de la force se trouvent une technique chancelante, des énigmes très Tomb Raider dans l'âme qui n'apportent rien, et une aventure où l'humour est moins présent. En somme voilà un épisode fort sympathique mais qui pêche par bien des côtés, vraiment dommage d'être passé à côté d'un très grand jeu !

Les notes
  • Graphismes 12 /20

    Une 3D bien moche, des décors beaucoup trop vides, des cinématiques où il manque des étapes intermédiaires, oui le titre de Revolution Software ne brille pas par son esthétique très moyenne. D'autant plus rageant que la 3D n'apporte rien au jeu et que les temps de chargement sont à quelque chose près aussi longs que sur PS2, c'est fort pour de la Xbox !

  • Jouabilité 14 /20

    D'un côté nous avons un système d'icônes intuitif et parfaitement pensé. Si le fait que les objets avec lesquels on peut interagir apparaissent en surbrillance et rend donc le soft un peu trop simple, les développeurs ont tout de même réussi à trouver un juste milieu dans leur approche rendant le jeu accessible à tous. Après les phases de plates-formes ne servent à rien, pas plus que les cinématiques interactives à la Dragon's Lair.

  • Durée de vie 16 /20

    Le jeu est plus simple que les deux premiers opus, mais ça ne vous empêchera pas d'y passer plusieurs heures avant le dénouement final.

  • Bande son 17 /20

    Des musiques discrètes mais très variées et un doublage vraiment excellent avec le retour des doubleurs attitrés. Vraiment agaçant par contre que les lignes de dialogue ne cessent de se chevaucher, rendant parfois pénibles certaines conversations.

  • Scénario 18 /20

    Une atmosphère surprenante mêlant dialogues subliment ironiques et histoire très sombre sur fond de faits réels et imaginaires. Si le début du jeu pourra vous paraître un peu confus, on retrouve arrivé à Clastonbury tout ce qui a fait le succès de la série, notamment son humour via des conversations, remarques, et situations proprement hilarantes.

Je serai un peu plus mitigé que Jihem dans ma note finale. Certes, le jeu est plaisant mais il faut à mon sens avoir joué aux épisodes pécédents pour vraiment l'apprécier compte tenu de sa technique chancelante et ses énigmes à la Tomb Raider qui n'ont rien à faire là. Il m'est d'avis que ceux qui veulent découvrir la série ou les jeux d'aventure risquent d'être déçus, ce qui est bien dommage. Pour tous les autres, vous devriez malgré tout passer un bon moment en compagnie de Nico et Georges.

Profil de Logan
L'avis de Logan
MP
Journaliste jeuxvideo.com
19 novembre 2003 à 18:00:00
15/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (16)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
14.9/20
Mis à jour le 19/11/2003
Xbox Aventure THQ Revolution Software
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : E3 : Werewolf The Apocalypse – Le loup-garou écolo débarque dans un TPS action
    PC - PS4 - ONE
  • Preview : E3 : Moons of Madness - La folie martienne
    PC - PS4 - ONE
  • Preview : E3 : The Dark Pictures Anthology - Man of Medan – C’est la peur qui mène le jeu ?
    PC - PS4 - ONE
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Cyberpunk 2077
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Final Fantasy VII Remake
    PS4
    Vidéo - Gaming Live
  • Pokémon Épée / Bouclier
    SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce