Test Auryn Quest- PC

PC

Prévenez Julien Courbet, il y a de l'arnaque dans l'air ! Auryn Quest arrive sur PC et tente de se faire passer pour un jeu d'aventure. Double mensonge car d'aventure, il n'est point question et de jeu encore moins !

Auryn Quest

Vous vous souvenez de L'Histoire Sans Fin, ce film kitchos des années 80 tiré du bouquin de Michael Ende ? Atrayu son héros prépubère, Falkor son dragon marionnette, l'escargot de course, la jolie impératrice, le géant de pierre, le néant qui détruit tout sur son passage... Oui que de souvenirs, mes amis. Une mémoire collective qu'ont décidé de balayer ces diables de Discreet Monsters (un petit studio de développement qu'on aura le bon goût d'oublier rapidement) avec un truc plus ou moins interactif basé lui aussi sur l'univers de Fantasia. Les anciens se rappellent sans doute qu'au temps béni de l'Amiga 500, un premier jeu était déjà sorti sur L'Histoire Sans Fin, un jeu d'aventure, un vrai, avec des décors merveilleux (pour l'époque), une histoire intéressante et une bonne dose d'énigmes. Cette fois-ci, on oublie tout. Les décors merveilleux, l'histoire intéressante, les énigmes, même le concept de jeu doit être oublié. Auryn Quest, c'est la négation de tout cela. Auryn Quest est... je ne sais même pas ce que ce qu'il est en fait. Il est, c'est tout et c'est déjà beaucoup trop.

Test Auryn Quest PC - Screenshot 1Des personnages charismatiques vous attendent dans les niveaux.

Le but se résume en quelques lignes à peine. Il vous suffit de parcourir 6 mondes correspondant chacun à une région de Fantasia afin de retrouver des boules d'énergie ainsi que l'Auryn capable de sauver le royaume du néant. Voilà, c'est tout ce qu'il y a à faire. Aucune énigme, aucune action à réaliser, les quelques leviers qui traînent s'abaissent tout seuls dès qu'on s'en approche, même chose pour les affreux personnages qui peuplent Fantasia et qui se mettent à parler dès qu'on va vers eux. A dire vrai, Auryn Quest ressemble bien plus à un FPS sans arme et sans ennemis qu'à un jeu d'aventure. Déjà, on le manipule comme un shooter, c'est à dire avec le clavier et la souris (merci pour la visée inversée non modifiable, super pratique pour ceux qui n'en ont pas l'habitude). Ensuite, les niveaux sont construits comme des maps de FPS, mêlant phases de plates-formes (les sauts sont peu précis, encore un point faible, tiens) et longs couloirs interminables.

Test Auryn Quest PC - Screenshot 2L'élément liquide est formidablement rendu. On s'y croirait !

On déambule donc au sein d'environnements à peine plus magiques qu'une fabrique de choucroute, à la recherche de ces maudites boules d'énergie (dix par niveau, il y a 6 niveaux, une heure suffit pour arriver au bout de la quête), avec la peur au ventre de se blesser sur les arêtes saillantes de chaque polygone. Faut dire qu'ils ont fait fort les graphistes avec les décors ! Dans le genre anguleux, je ne pense pas qu'il soit possible de faire mieux. On se croirait tout bonnement revenu cinq ans en arrière. Les textures sont pauvres, la 3D primaire, le design des niveaux bordélique, bref, on se demande si les personnes coupables de la production et de la diffusion de Auryn Quest n'auraient pas passé les dernières années à roupiller dans un cryogénisateur, bien à l'abri de toute forme d'avancée technologique. Hé ho, les gars, vous avez conscience que pendant votre sommeil les choses ont un peu évolué, notamment les standards graphiques ?

Test Auryn Quest PC - Screenshot 3Des phases de plates-formes comme les apprécient tant les joueurs passionnés de jeux d'aventure.

Pas la peine de s'attarder davantage sur le cas Auryn Quest. Vous aurez compris je pense qu'il s'agit là du plus mauvais titre sorti depuis bien longtemps. Ah si, un dernier détail quand même, juste pour le fun. Toutes les voix du jeu sont assurées par seulement deux comédiens. Comédiens de renom, certes, mais deux ça fait quand même peu, surtout quand il y a une vingtaine de personnages à doubler ! Alors on récapitule : c'est moche, c'est pas jouable, c'est inintéressant et c'est vendu. Quatre bonnes raisons pour se tenir à distance de la chose. Le pire dans l'histoire, c'est que Discreet Monsters compte remettre ça un jour si on se base au Part I affiché juste au-dessus du titre sur la page d'intro. Mais que quelqu'un se dévoue pour aller leur confisquer leurs postes de travail, par pitié !

Jihem, le 08 octobre 2003

Les notes

  • Graphismes 5/20

    Design ridicule, 3D hideuse, textures honteusement moches, Auryn Quest accuse un sérieux retard technologique.

  • Jouabilité 10/20

    Une maniabilité typique FPS (clavier / souris) qui ne conviendra pas du tout aux joueurs amateurs d'aventure, cible pourtant visée par Auryn Quest.

  • Durée de vie 2/20

    Comme je l'ai dit, il n'y a que 6 niveaux à explorer et aucune énigme pour nous faire gamberger. Il suffit d'explorer chaque recoin et de collecter les boules d'énergie. Comptez une bonne heure en tout et pour tout.

  • Bande son 4/20

    Sans remettre en cause le travail des deux doubleurs chargés de prêter leurs voix à tous les personnages, la bande-son reste pathétique de bout en bout.

  • Scénario 10/20

    L'Histoire Sans Fin malheureusement revue et corrigée. L'Auryn a disparu et Fantasia disparaît peu à peu. Mais que fait Atrayu ?

  • Note Générale2/20

    Les développeurs n'auraient-ils pas oublié d'inclure un semblant d'intérêt à Auryn Quest ? Parce qu'un jeu où il n'y a rien à faire, c'est quand même problématique, non ? Allez, on oublie vite fait et on va gentiment se louer la vidéo de L'Histoire Sans Fin pour redorer le blason de Fantasia.

    La note de la rédaction est une appréciation de la qualité générale du jeu, mais n'est pas une moyenne arithmétique des différents critères.

  • Note Lecteurs 0/20

Retour haut de page

Infos jeu

  • Editeur : Emme
  • Développeur : Discreet Monsters
  • Type : Aventure
  • Multijoueurs : Non
  • Sortie France : 20 septembre 2003
    (Septembre 2002 aux Etats-Unis)
  • Version : Textes en français
  • Config minimum : Win 95/98/Me/XP, P III 450 MHz, 64 Mo de RAM
  • Config conseillée : P IV 600 MHz, 64 Mo de RAM, carte vidéo 32 Mo
  • Classification : Pour tous publics
  • Similaire à :
    Ring II
Mots-clefs : L'Histoire sans Fin, The Neverending Story