Menu
Silent Hill 3
  • Tout support
  • PC
  • PS2
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Silent Hill 3
PS2
Silent Hill 3
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Logan
L'avis de Logan
MP
Journaliste jeuxvideo.com
20 mai 2003 à 18:00:00
17/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (139)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17.5/20
Tous les prix
Voir toutes les offres
Partager sur :

« Si tu regardes longtemps dans l'abîme, l'abîme aussi regarde en toi ». Jamais série de jeux vidéo ne siéra mieux à cette citation de Nietzche Friedrich que celle de Silent Hill. Avec ce troisième opus, Konami pose définitivement les jalons d'une grande saga qui ne cesse d'évoluer tout en se restreignant pourtant à un univers commun à tous les jeux, une petite station balnéaire américaine, véritable antichambre de l'enfer. Si le troisième épisode est tout de même en nette rupture par rapport à Silent Hill 2, il n'en demeure pas moins aussi angoissant et terrifiant que ses grands frères et se veut de surcroît totalement indissociable de Silent Hill premier du nom. Chroniques d'un « petit » jeu pour de grandes angoisses.

Silent Hill 3

Quand le premier Silent Hill est sorti, on pouvait penser à un honteux plagiat du survival horror Resident Evil. Lorsque Silent Hill 2 est arrivé, on aurait pu se dire qu'un jeu se passant exactement dans le même univers que le précédent serait inutile et lassant. Silent Hill 3 sort, et là on soupire en se disant que Konami n'a vraiment pas mis longtemps à nous pondre ce troisième titre, ce qui n'est jamais bon signe et pourtant, et pourtant...Le premier Silent Hill fut un choc par son ambiance malsaine, sale, à mille lieues de celle du hit de Capcom, privilégiant le mal-être du joueur aux frissons immédiats. Silent Hill 2 reste à l'heure actuelle une expérience traumatisante, véritable conte horrifique, psychologique, aux multiples embranchements, aux incessantes questions qui tiraillent encore aujourd'hui le joueur qui l'aura terminé plusieurs fois.

Silent Hill 3
Les premiers monstres rencontrés sont très dérangeants.
Quant à Silent Hill 3, il se veut donc inséparable du premier épisode et en cela n'a pas grand chose à voir avec Silent Hill 2 qui, malgré les divergences au sein même des amateurs, représente pour moi un opus ayant une vie propre et n'étant rattaché au premier que par le lieu de l'action bien sûr. Dans ce 3ème opus, vous jouez le rôle de Heather, une jeune femme à l'air amorphe qui semble déambuler dans le jeu telle un zombie. Le regard vide, les bras tombants, elle se verra accoster très rapidement par Douglas, un détective qui compte lui révéler ses origines. J'aimerais beaucoup vous en dire plus mais ce serait vraiment gâcher la surprise. Pour être honnête, je vous dirais que j'ai été énormément déçu au niveau scénario durant les 3 premières heures de jeu qui sont clairement orientées action. Avant tout, le jeu ne commence pas à Silent Hill mais dans une ville dont on ne sait rien. D'un centre commercial, vous passerez à une rame de métro ou encore des égouts. Le problème est que durant ce début de partie, vous n'apprendrez que peu de choses sur Heather et seuls quelques clins d'oeil à Silent Hill vous mettront sur la voie (comme une certaine image sur un écran de télévision par exemple). Bref, durant tout ce temps vous ne cesserez de courir passant d'une dimension à l'autre, ramassant plusieurs armes et achèverez de nombreux ennemis, très Lovecraftesques, qui entraveront votre route.

Silent Hill 3
Malgré son poids cet ennemi est très rapide.
Si ce début de partie est très déroutant et risque fort de surprendre l'amateur de la série, le grand changement interviendra une fois que Heather arrivera enfin chez elle (le but de son périple) et assistera à un événement tragique. A partir de là on rentre dans un autre jeu, puisque l'héroïne décide de partir en quête de réponses à Silent Hill et c'est là qu'est le véritable paradoxe. En effet, à ce moment on jubile complètement bien qu'on retrouve des endroits connus, des monstres déjà croisés dans les aventures précédentes, mais le tout est bien plus terrifiant que le début de jeu en demi-teinte. A croire que Konami n'aura pas réussi à concevoir une prolifération de l'horreur, une extension aussi forte du malaise à une autre ville que Silent Hill qui est plus que jamais un paratonnerre à démons. En somme, arrivé dans la station balnéaire, tout se met en place, les cut-scènes fusent, on commence à entrevoir la vérité, l'ambiance est plus lugubre, plusieurs moments cruciaux versent dans le gore et c'est une goutte de sueur perlant sur le front qu'on avance dans une ville définitivement dédiée au culte de l'atroce.

Silent Hill 3
Plusieurs pièces sont pleines de surprises.
Des monstres qui n'ont rien d'humain, des abominations sans nom, Silent Hill 3 c'est ça. En fait les développeurs ont tout compris puisque quelque part ils ont conçu des atrocités, des scènes de terreur qui nous renvoient à notre vie de tous les jours. Ici un simple fauteuil roulant vous dérangera nerveusement, un téléphone sonnant dans une pièce silencieuse fera battre votre coeur à cent à l'heure, la peur du noir surgira de votre inconscient, les difformités des monstres humanoïdes vous feront détourner le regard, tout sera prétexte à des hauts le coeur. Enfin pour appuyer cette tension Konami n'a pas hésité à puiser allègrement dans de nombreux films fantastiques. Entre Lost Highway, In the mouth of madness, Le carnaval des âmes, le fantasticophile va se régaler. Si l'aspect graphique n'est pas parfait (le déhanchement d'Heather, quand elle court, fait penser à celui d'une dame âgée), les visages sont les plus impressionnants qu'il m'ait été donné de voir sur PS2. On dirait que chaque muscle facial bouge lorsque les personnes discutent, et le travail à ce niveau est remarquable.

Silent Hill 3
La carte des niveaux façon gribouillis d'écolier. 
Les décors sont évidemment toujours dans le ton. Comme je le disais plus haut, si le début de jeu est moins intéressant que le reste, il n'en propose pas moins des environnements détaillés, toujours vides de PNJ (ce qui est toujours un peu dommage, car à mon avis le sentiment d'oppression serait encore plus important si on côtoyait autant de monde que dans la vie de tous les jours) mais suintants de crasse et de sang. Mais une fois de plus la pleine mesure du talent des développeurs explosera arrivé à Silent Hill. Comment oublier ce parc d'attractions (rempli de souvenirs d'enfants et donc encore plus macabre, terrifiant par le simple fait de souiller un lieu généralement si vivant), cette maison hantée (un des passages, trop court, les plus « magiques » du jeu), l'hôpital de Brookhaven ou cette église (et ses images impies, dantesques). Rajoutez à tout cela des monstres indescriptibles (certains étant beaucoup plus convaincants que d'autres ceci dit), des effets spéciaux dérangeants (ha ces pièces qui se remplissent de sang) et vous obtenez l'épisode de Silent Hill le plus abouti d'un point de vue graphique.

Silent Hill 3
Les « boss » ne sont guère coriaces.
La bande son, qui est toujours l'oeuvre de Yamaoka Akira, est une fois de plus intense, sombre, rapide, avec des instruments aux sonorités très douces ou au contraire stridentes. Les thèmes instrumentaux se partagent cette fois la vedette avec des chansons du plus bel effet et qui font penser, pour certaines, aux compositions de Lisa Gerrard ou de Dead Can Dance. Là aussi Yamaoka réussit son pari et nous offre des musiques magistrales qui à elles seules réussiront à vous faire frémir (écoutez les bandes originales de Silent Hill dans le noir et vous m'en direz des nouvelles). Pour les bruitages, et bien c'est aussi un sans faute avec l'ajout de plusieurs effets de style (pleurs de fillette, bruits imperceptibles et pourtant très présents qui entourent le joueur...), des détonations d'armes réalistes et surtout des doubleurs qui sont tout simplement parfaits.

Silent Hill 3
Cette phrase équivaut pour moi à toutes les scènes cultes du jeu réunies. Renversant !
Question gameplay, le constat est un peu moins idyllique. L'inventaire n'a subi aucune retouche et est toujours constitué de plusieurs parties distinctes (objets/armes/provisions). La navigation est aisée mais le tout aurait pu être optimisé. De plus le système de jauge de vie est très moyen, une simple image changeant de couleur pour vous informer de votre état de santé (de bleu, vous passez au marron puis au rouge, etc), ce n'est pas la panacée. Pour finir là-dessus signalons les cartes des niveaux toujours aussi bien pensées par contre et enfin la partie Notes qui vous permettra à loisir de consulter tous les indices que vous aurez trouvés au cours du jeu. Le maniement de Heather peut poser quelques problèmes mais ici aussi, comme deux configurations sont disponibles (2D à la Devil May Cry et 3D à la Resident Evil) tout type de joueur devrait être contenté. A part ceci, si on peut disposer d'un système de lock automatique, des problèmes de caméra viennent parfois entacher l'action et ceci est gênant surtout quand on se trouve dans une pièce fermée pleine d'ennemis. Ce n'est pas insurmontable mais il y avait tout de même quelque chose à améliorer de ce côté-là.

Niveau durée de vie, comme toujours trois modes de jeu sont disponibles (tant au niveau de l'action que des énigmes) et les puzzles changeront en fonction de ce choix. Maintenant Silent Hill 3 innove un peu en vous jetant en pâture un surplus de monstres et pour en venir à bout il ne faudra pas hésiter à utiliser votre katana, masse, mitraillette, taser, etc. Le jeu (en mode normal ou hard) se finit en 8, 9 heures mais vous pourrez toujours y revenir pour tenter de voir toutes les fins différentes (dont la célèbre fin Aliens :).

Silent Hill 3
La maison hantée, un des passages les plus délectables du jeu.
Moins cérébral, moins freudien que Silent Hill 2, indissociable de Silent Hill et disposant d'un capital action important, Silent Hill 3 est un jeu terrifiant, prenant (du moins dans sa seconde partie), graphiquement superbe. Le dernier bébé en date de Konami respecte la charte de la série et si son scénario est moins complexe que celui du deuxième épisode, il ferme malgré tout la boucle et par là-même semble ouvrir une toute nouvelle voie pour le futur de la saga. Si 4ème épisode il y a, il sera dès lors très intéressant de voir quelle direction Konami fera prendre à sa série. Personnellement je serai au rendez-vous.

Les notes
  • Graphismes 18 /20

    Dehors les scènes cinématiques en images de synthèse. Un peu dommage mais les cut-scènes utilisant le moteur du jeu sont très bonnes avec un niveau de détails dans les expressions faciales jamais atteint sur PS2. La démarche de Heather est trop rigide mais on oublie vite ce défaut devant la beauté macabre des décors.

  • Jouabilité 16 /20

    Alors que l'écran d'inventaire aurait pu être amélioré il n'en est rien. Le maniement du personnage demande un petit temps d'adaptation mais plusieurs configurations sont possibles. Quelques problèmes de caméra viennent parfois gêner durant les combats et si on doit souvent recentrer la caméra, cela n'est pas bien méchant.

  • Durée de vie 15 /20

    Le jeu se termine rapidement, comptez 8 heures en mode Normal ou Hard, mais Silent Hill 3 comme ses aînés propose plusieurs fins différentes.

  • Bande son 18 /20

    Angoissante, sombre et douce à la fois. Les compositions de Yamaoka sont discrètes, stridentes mais toujours très justes. Les bruitages sont dans la continuité des titres instrumentaux à savoir impeccables.

  • Scénario 14 /20

    Si vous n'avez pas joué au premier Silent Hill, vous risquez de passer à côté de plusieurs petits clins d'oeil ou détails. Ceci dit, des journaux intimes seront là pour vous rappeler les événements du premier épisode. Moins surprenant et passionnant que le scénario de Silent Hill 2, celui de Silent Hill 3 n'en est pas moins fort réjouissant et clôt magistralement une épopée...divine.

Silent Hill 3 est encore plus beau que Silent Hill 2, plus intense au niveau de l'action mais il est déconcertant de voir comment est découpé le jeu, la première partie du soft étant assez décevante et ce même si nous avons droit à de nouveaux environnements. Néanmoins dans son ensemble, Silent Hill 3 est une oeuvre fragile, indispensable, le jeu nous raconte une histoire qui semble avoir été co-écrite par Machiavel et Lovecraft, et se pose simplement comme un prolongement aux plus belles oeuvres de Carpenter, Lynch ou Brian Yuzna.

Profil de Logan
L'avis de Logan
MP
Journaliste jeuxvideo.com
20 mai 2003 à 18:00:00
17/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (139)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17.5/20
Mis à jour le 20/05/2003
PlayStation 2 Survival-Horror Konami
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Humankind : un concurrent sérieux pour Civilization ? - gamescom 2019
    PC
  • Preview : Marvel's Avengers, une formule jeu-service qui interroge - gamescom 2019
    PC - PS4 - ONE
  • Preview : gamescom 2019 : Blair Witch, récit de notre balade tumultueuse au cœur de la forêt maudite
    PC - ONE
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Cyberpunk 2077
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Pokémon Épée / Bouclier
    SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce
  • Borderlands 3
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce