Menu
Final Fantasy Origins
  • PS1
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Final Fantasy Origins sur PS1 /

Test du jeu Final Fantasy Origins sur PS1

Test : Final Fantasy Origins
PS1
Final Fantasy Origins
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste jeuxvideo.com
19 mars 2003 à 18:00:00
15/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (25)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17.9/20
Partager sur :

Inédite sur le continent européen, la genèse de la saga Final Fantasy est enfin accessible sur Playstation avec les deux titres qui ont marqué le début de la formidable épopée de Square, dans une version retravaillée pour l'occasion. 18 décembre 1987, Hironobu Sakaguchi jouait sa dernière carte pour sauver Square avec un RPG qui se traduirait par « l'ultime fantaisie », pensant que ce serait son dernier projet. Un signe du destin ? Le résultat, tout le monde le connaît, et pour comprendre les origines d'un tel succès, quelle meilleure idée que de remonter à la source ?

Final Fantasy Origins

C'est Infogrames qui se fait le médiateur de Final Fantasy Origins en Europe, proposant aux inconditionnels du genre de découvrir les deux premiers volets de la série sortis à l'époque sur console Nes dans une édition PSX remaniée et proposée aux alentours de 30 €. L'occasion de découvrir deux précurseurs du RPG avec les améliorations qui s'imposaient pour ne pas trop dépareiller dans la ludothèque Playstation. Ainsi, même si FF Origins est loin de pouvoir rivaliser avec un Saga Frontier 2 visuellement parlant, le soft propose une réalisation bien évidemment retravaillée pour afficher des graphismes beaucoup plus jolis que sur Nes, mais sans pour autant trop moderniser ou dénaturer l'esthétique du jeu d'origine. Les fans du genre auraient d'ailleurs tort de faire une fixation sur la réalisation quand on voit ce que ces deux Final Fantasy proposent en termes de plaisir de jeu et de durée de vie.

Final Fantasy Origins
L'intro de FF2 rappelle un peu celle de FFXI. (FF2)
Commençons d'abord par les particularités communes à Final Fantasy I et II. Comme c'était le cas pour FF Anthology et FF6, il ne faudra pas s'étonner de trouver la totalité des textes en anglais. Un point sur lequel on ne s'attardera pas quand on sait la place assez modeste que prend le scénario dans ces deux volets et compte tenu que le public ciblé ne devrait pas être gêné outre mesure par cette absence de traduction. Ce qui a surtout retenu l'attention des responsables de cette conversion, c'est avant tout le manque d'accessibilité reproché aux versions originales sur Nes. Le niveau de difficulté a donc été revu à la baisse sur PSX, ce qui est franchement appréciable compte tenu de la difficulté des deux softs, même si on peut toujours conserver le niveau d'origine (le mode normal de FFII n'est accessible qu'à la fin du jeu). Cela se traduit par une foule de petites améliorations qui facilitent considérablement le confort de jeu. Dans le même ordre d'idées, la fonction de sauvegarde Mémo est également présente dans les deux volets et démontre une nouvelle fois son utilité salvatrice. Par ailleurs, dans chacun des deux épisodes, ce sont des groupes de quatre personnages que l'on pourra diriger, et ceux-ci restent les mêmes du début à la fin de l'aventure. On retrouve également une gestion de l'équipement assez classique ainsi que les traditionnelles altérations d'état, mais pas de chimères, exception faite de Bahamut qui boostera les capacités des héros de FF1. Enfin, on pourra débloquer divers bonus au cours de l'aventure, voir le pourcentage du bestiaire découvert, la liste d'items présents dans chaque lieu, ainsi que de superbes artworks réalisés par le grand Yoshitaka Amano.

Final Fantasy Origins
Après leur rencontre avec Bahamut, les personnages passeront à la classe supérieure. (FF1)
Les énormes particularités qui différencient tout de même les deux opus nous obligent toutefois à considérer séparément chacun d'entre eux. Dans le cas de Final Fantasy I, par exemple, on aura d'entrée de jeu le choix entre quatre héros dont on pourra déterminer la classe parmi les suivantes : Warrior, Thief, Monk, Red Mage, White Mage, Black Mage qui peuvent évoluer respectivement en Knight, Ninja, Master, Red Wizard, White Wizard, Black Wizard. A noter que les persos ne peuvent pas changer de classe en cours de jeu, contrairement au système de job de FF5. De plus, là où un titre comme FF6 permettait aux non lanceurs de sorts d'acquérir des attaques spéciales, FF1 condamne les purs combattants à effectuer uniquement des attaques simples qui pourront toutefois évoluer en combos de plusieurs coups. Une fois acquis le statut de Knight et Ninja, les Warrior et Thief auront tout de même accès à des sortilèges. Dans un autre registre, il faut noter qu'il n'existait pas encore l'action "défendre" ni les différents niveaux d'éloignement pour protéger les mages (cette dernière possibilité étant présente en revanche dans FF2). Directement en vente dans les boutiques, les magies sont limitées à trois sorts par niveau alors qu'on vous en propose 4 à chaque fois, ce qui oblige à faire des choix, quitte à oublier un sort par la suite pour en apprendre un nouveau. Un mot tout de même sur l'univers heroic fantasy typiquement "tolkienien" de FF1, avec son pittoresque royaume des elfes et ses montagnes de l'ouest où le peuple des nains a élu domicile. Le jeu offre une totale liberté de déplacements dans un monde vaste que l'on pourra explorer par bateau, aéronef ou canoë pour les descentes de rivières. Pour en finir avec les particularités de cet opus, l'unique moyen de sauvegarder est de payer une nuit dans une auberge, la sauvegarde Mémo étant comme toujours temporaire.

Final Fantasy Origins
Pas de niveaux d'expérience dans le second épisode. (FF2)
Avec une approche radicalement différente, Final Fantasy II se démarque par son absence de niveaux d'expérience. Vos caractéristiques augmenteront bien au cours des batailles mais cette évolution ne sera pas rattachée à un level-up. Ainsi vos statistiques augmenteront en fonction de votre style de combat. Vos diverses compétences (attaque, défense...) évolueront si elles sont souvent utilisées. Par contre certaines statistiques augmenteront alors que d'autres baisseront (ex : si l'intelligence augmente, votre puissance diminuera), ce qui fait que les combats deviennent diablement prenants dans le sens où vous pouvez vraiment agir sur l'évolution de vos personnages. Enfin l'aspect le plus déstabilisant de cet épisode est sans doute sa difficulté impressionnante, ce qui m'amène à dire qu'il faudra maîtriser la sauvegarde rapide comme un chef et ce dès les premières heures de jeu puisqu'il arrivera souvent que vous tombiez sur des combats aléatoires mettant en scène des monstres redoutables aux capacités offensives et défensives surprenantes. Autre système propre à cet épisode, « la mémorisation de mots ». Le principe est très simple. Quand vous rencontrez des personnages, lors de certaines conversations, des mots bien précis seront en couleur rouge. A ce moment, vous pourrez mémoriser ces mots pour les utiliser par la suite en posant des questions aux divers NPC que vous rencontrerez. On comprend pourquoi ce système n'a pas été conservé par la suite puisque même si dans le principe c'est assez intéressant, ceci n'amène pas grand chose à l'aventure et vous pourrez vous en passer, à l'exception de certains mots qui vous seront indispensables pour poursuivre l'aventure. Précisons que la limite des sorts s'étend cette fois à 16 par personnage, et que l'on peut équiper un perso avec deux armes, une arme à deux mains, ou bien utiliser un bouclier. Enfin, en plus des trois moyens de transport du premier volet, on trouve également une motoneige et les incontournables chocobos.

Plus que jamais, Final Fantasy Origins s'adresse aux inconditionnels du jeu de rôle et de la saga Final Fantasy. Même si les deux opus comportent indéniablement des lacunes qui ont été résolues au cours des années suivantes par les autres opus, ils n'en restent pas moins passionnants à jouer, et promettent une bonne soixantaine d'heures de jeu au total.

Les notes
  • Graphismes 10 /20

    Irrésistible pour les uns, indigne d'une PSX pour d'autres, difficile de trancher. La réalisation a au moins le mérite d'avoir été complètement retravaillée par rapport aux titres originaux, mais elle reste largement inférieure à ce que l'on trouve de mieux sur PSX, comme Saga Frontier 2. Au-delà de la dimension technique plutôt dépouillée, FF Origins affiche une esthétique et un design qui rendront fous les nostalgiques.

  • Jouabilité 15 /20

    Deux précurseurs du RPG qui affichaient déjà un gameplay solide et radicalement distinct d'un épisode à l'autre. Il manque bien sûr pas mal d'excellentes idées qui n'ont vu le jour qu'à partir des épisodes suivants.

  • Durée de vie 18 /20

    Deux Final Fantasy pour le prix d'un, soit une bonne soixantaine d'heures de jeu compte tenu de la difficulté des deux titres.

  • Bande son 16 /20

    Déjà de très belles mélodies, en nombre assez peu élevé cependant puisqu'elles reviennent régulièrement.

  • Scénario 14 /20

    Un scénario assez léger pour ces deux premiers opus avec des textes en anglais.

Entièrement remaniés aussi bien du point de vue du gameplay que de la réalisation, ces deux épisodes Nes affichent certes un certain nombre de lacunes mais procurent toujours un excellent plaisir de jeu. Et puis au prix où il est proposé, les inconditionnels du genre ne réfléchiront pas trop longtemps avant de courir se procurer ce petit bijou.

Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste jeuxvideo.com
19 mars 2003 à 18:00:00
15/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (25)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17.9/20
Mis à jour le 19/03/2003
PlayStation RPG Infogrames Squaresoft
Dernières Preview
PreviewPersona 5 Royal : Les voleurs Fantômes au sommet de leur art ? 17 févr., 16:00
PreviewOne Punch Man A Hero Nobody Knows : Un mode Histoire qui doit faire ses preuves 14 févr., 16:56
PreviewOutriders : Un TPS next-gen aux saveurs un peu trop génériques... 13 févr., 21:30
Les jeux attendus
1
Final Fantasy VII Remake
10 avr. 2020
2
Cyberpunk 2077
17 sept. 2020
3
Resident Evil 3 (2020)
03 avr. 2020