Test Gumball 3000- PlayStation 2

PlayStation 2

La célèbre course Gumball 3000 fait une étape sur PS2 dans une version allégée et franchement médiocre. Car non seulement les stars qui caractérisent ces fameuses courses à sensations ont été purement et simplement oubliées de cette adaptation vidéoludique, mais en plus le jeu en lui-même fait pâle figure dans une catégorie qui n'a plus à recevoir de leçons sur ce support.

Gumball 3000

Les premières heures de jeu passées sur ce titre lors de la preview nous ayant laissé un goût amer et peu enthousiastes quant au potentiel de ce soft, c'est sans surprise que l'on constate aujourd'hui la médiocrité de Gumball 3000. Le jeu n'a rien perdu de son intérêt frisant le zéro absolu, de son esthétique superbement ratée, et de son manque flagrant d'originalité. Certes, le résultat n'est pas aussi désespérant qu'un jeu Davilex, mais il affiche tout de même une pauvreté franchement honteuse pour un titre qui tourne sur PS2. J'aime autant vous prévenir qu'à moins de n'avoir joué qu'à Paris Marseille Racing ou USA Racing, vous avez toutes les chances de rester perplexe en jouant à Gumball 3000.

Test Gumball 3000 PlayStation 2 - Screenshot 6Au coude à coude.

Pourtant, dans l'esprit, Gumball 3000 se rapproche assez du principe de Burnout, l'aspect spectaculaire et les sensations en moins. La vue subjective étant assez injouable, il faudra se contenter d'une vue relativement éloignée pour négocier sans problème les tracés. Il faut dire que le gameplay purement arcade et la jouabilité très tolérante du soft rendent les accrochages assez rares, même avec les véhicules les plus rapides. Quant aux tracés des courses, il ne sera généralement même pas la peine de recourir aux dérapages et au freinage pour les maîtriser, ce qui tombe assez bien quand on voit la crédibilité des dérapages. On retombe donc assez vite sur le schéma classique des courses avec slalom intensif avec écrasement constant de l'accélérateur. C'est monotone, soporifique et sans grand intérêt.

Test Gumball 3000 PlayStation 2 - Screenshot 7Démolissez les voitures de police.

Ceux qui se seront tout de même obstinés à essayer Gumball 3000 n'y trouveront rien de plus qu'une succession de championnats à travers l'Europe sur un total de 14 courses, une vingtaine de véhicules différents à débloquer, un mode Time Trial, un mode versus limité à deux joueurs, et la possibilité de courir du côté de la police. Entre chaque journée de championnat, on a droit à des challenges d'inter-courses durant lesquels on pilote des véhicules spéciaux afin de récupérer le nécessaire requis pour la soirée qui a lieu à chaque fin de course. Des parcours tellement tordus qu'il est assez frustrant de n'avoir que trois essais pour mémoriser le tracé au pixel près, ce qui n'est pas sans rappeler les pires moments de Stuntman.

Test Gumball 3000 PlayStation 2 - Screenshot 8Des items spéciaux à glaner pendant les courses.

L'une des principales faiblesses du gameplay, outre le fait qu'il ne reflète pas vraiment les sensations authentiques d'un vrai jeu de courses, réside dans le fait qu'on ne constate aucune modification du chrono entre les checkpoints en fonction des véhicules. Résultat, terminer la course avec un véhicule lent tiendra de la véritable prise-de-tête tandis que piloter un véhicule plus performant (mais néanmoins disponible dès le départ) rendra les courses carrément trop faciles. Une fois la bonne voiture en main, les courses génèrent donc un peu moins de frustration, mais le challenge en prend un sacré coup. Le jeu ne parvient pas à trouver un juste milieu et se noie dans un gameplay franchement trop basique pour dégager un quelconque plaisir de jeu.

Test Gumball 3000 PlayStation 2 - Screenshot 9Les replays ne sont pas si spectaculaires que ça.

En plus de cela, la réalisation se révèle plus que médiocre, les objectifs sont répétitifs, les collisions tiennent du grand n'importe quoi, la gestion des dégâts manque totalement de crédibilité et les accrochages donnent l'impression de rebondir ou de glisser alors qu'on percute de la roche ou un véhicule venant en sens inverse. L'effet de flou lors des prises de turbo est carrément pompé sur Burnout, mais dans le même style, ce dernier s'avère autrement plus palpitant. Bref, tout cela ne donne franchement pas envie de débloquer tous les bonus du jeu, à moins d'être suffisamment désespéré pour baver devant la galerie de pin-ups proposée en guise de bonus et d'un intérêt très relatif.

Romendil, le 17 décembre 2002

Les notes

  • Graphismes 7/20

    Une réalisation médiocre, caractérisée par des textures moches, aliasées et peu détaillées, sans oublier une animation qui saccade et ralentit parfois.

  • Jouabilité 9/20

    Les courses font intervenir divers objectifs plus ou moins facultatifs, mais le gameplay se révèle vraiment trop basique pour prétendre retranscrire les sensations d'un vrai jeu de courses.

  • Durée de vie 10/20

    Tout est à débloquer au fur et à mesure, mais il suffit de choisir le véhicule le plus rapide pour terminer tous les challenges sans galérer. Les bonus à débloquer sont franchement anecdotiques.

  • Bande son 8/20

    Une ambiance sonore qui peine à convaincre, avec des musiques qui ne plairont pas à tout le monde, des répliques ridicules venant du chauffeur, ou encore les avertissements incessants de la police. Les bruits de moteur sont à la limite de l'inaudible.

  • Scénario

    -

  • Note Générale8/20

    Gumball 3000 dérape sur PS2 et loupe totalement sa prestation en calquant son gameplay sur Burnout, mais avec les sensations en moins. Les courses ne sont ni spectaculaires ni fun à jouer, et l'intérêt se révèle assez inexistant en comparaison de ce que propose la concurrence sur le support PS2.

    La note de la rédaction est une appréciation de la qualité générale du jeu, mais n'est pas une moyenne arithmétique des différents critères.

  • Note Lecteurs 9/20

Retour haut de page

Infos jeu

  • Editeur : SCi
  • Développeur : Climax
  • Type : Course
  • Multijoueurs : 2 joueurs
  • Sortie France : Octobre 2002
  • Version : française
  • Classification : Déconseillé aux - de 16 ans
  • Web : Site web officiel
  • Similaire à :
    Burnout