Menu
Shox : Extreme Rally
  • Tout support
  • NGC
  • PS2
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Shox : Extreme Rally / Shox : Extreme Rally sur PS2 /

Test Shox : Extreme Rally sur PS2 du 14/10/2002

Test : Shox
PS2
Shox : Extreme Rally
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste jeuxvideo.com
14 octobre 2002 à 18:00:00
16/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (12)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
16.8/20
Tous les prix
Prix Support
59.90€ PS2
89.99€ PS2
Voir toutes les offres
Partager sur :

Chez EA Sports BIG, on ne peut décidément rien faire comme tout le monde. Et quand le géant des simulations de sport se met aux courses de rallye, on peut s'attendre à quelque chose d'unique. Avec Shox, le célèbre label réputé pour ses titres qui décoiffent s'enrichit d'un nouveau soft extrêmement fun, pour du rallye extrême comme vous n'en avez jamais vu.

Shox

C'est vrai qu'on aurait pu croire que les simulations de rallye se prêtaient assez mal à l'approche souvent démentielle que nous offre Electronic Arts sur ses jeux bénéficiant du fameux label BIG. Eh bien dites-vous qu'un jeu de rallye façon SSX, ça peut marcher aussi. Le cobaye des laboratoires d'EA s'appelle Shox, et il déchire tout. On pourra rester sceptique autant qu'on voudra, il suffit d'avoir le pad en main quelques petites heures pour prendre subitement conscience du potentiel de ce titre. La preuve, c'est que si l'on m'avait dit que cela me coûterait autant de lâcher la manette pour rédiger ce test, je n'en aurais rien cru.

Shox
On trouve de tout au niveau des véhicules.
Mais comme c'est pour la bonne cause, je veux bien faire un effort et vous faire partager mes modestes impressions sur cet excellent titre afin de vous éviter les mêmes désagréments. Première erreur : n'ayant pas eu la chance d'assister à la présentation du jeu lors de l'ECTS, c'est totalement inconsciente des précautions d'usage nécessaires que j'insère le disque dans le lecteur PS2. Deuxième erreur : avoir la présomption de croire que l'on a affaire à un énième clone réaliste de Colin McRae. Enfin, dernière erreur, la plus grave sans doute : dépasser le cap critique du nombre d'heures minimum conseillées pour espérer limiter les effets secondaires. Résultat : des séquelles irréversibles qui se traduisent par un état végétatif du joueur, la bave aux lèvres et le regard vitreux. Ceux qui s'inquiètent de mon état de santé peuvent écrire à victimes@jeuxvideo.com, ça fera aussi plaisir aux nombreux autres testeurs lépreux et handicapés à vie qui se cachent dans l'ombre des armoires Dreamcast de la rédac.

Shox
Les dérapages n'ont rien de vraiment technique.
Vous voulez tout de même prendre le risque de jouer à Shox ? Tant pis pour vous, je vous aurai prévenu. Ça tombe bien, d'ailleurs, puisque le jeu démarre en douceur avec un seul circuit disponible et un véhicule imposé. Rassurez-vous, c'est progressivement que vous pourrez débloquer les 24 voitures issues de constructeurs célèbres ainsi que la vingtaine de courses qui composent le jeu. Le départ est lancé, on s'étonne de l'incroyable accessibilité du pilotage complètement axé arcade, on se réjouit de parvenir à négocier simplement ses dérapages pour effectuer ses premiers dépassements, et on hallucine une fois parvenu à la première vraie bosse de la piste. Subitement, le jeu nous sort un effet à la Matrix, les angles de caméra se bousculent pour nous présenter l'action sous toutes les coutures, l'animation tourne au ralenti et le silence s'impose de lui-même avant l'atterrissage. Car quel autre terme employer pour une réception d'une telle envergure, qui précède le crissement des pneus et le bruit de casse qui annoncent le retour à la réalité. Non seulement c'est original, mais c'est aussi très fun et carrément impressionnant, d'autant plus que ces ralentis respectent au millimètre près la trajectoire de votre véhicule, son inclinaison et sa vitesse, de sorte qu'on se retrouve exactement à l'endroit et dans la position qu'on aurait eu s'il n'y avait pas eu de ralenti.

Shox
Tous les circuits peuvent également se faire de nuit.
Au niveau de la conduite, le gameplay arcade limite forcément la richesse du pilotage. Globalement, on dérape assez peu et les erreurs se rattrapent facilement, mais la conduite spectaculaire décuple le plaisir de jeu. La conduite sur glace est un véritable régal, le seul problème notable étant qu'il faut généralement une bonne dizaine de secondes pour rattraper une grosse erreur de pilotage et retrouver une vitesse raisonnable. Heureusement, ça n'arrive que rarement, mais ces pertes de vitesse sont parfois assez inexplicables. Pris comme ça, Shox aurait déjà largement de quoi convaincre, mais il se permet en plus quelques suppléments particulièrement intéressants. Par exemple, chaque circuit comporte trois portions appelées Shoxzone, sur lesquelles votre performance est évaluée sur trois niveaux : Gold, Silver et Bronze. Des sortes de challenges à l'intérieur des courses qui font monter l'adrénaline et permettent de gagner ainsi de nouveaux bonus, comme les versions « night » des différents circuits. Autre petit plus : le Shoxwave, une sorte de vague d'énergie qu'il suffit de rattraper pour avoir l'impression de dépasser le mur du son. L'effet à l'écran est excellent.

Shox
Ce sont sans doute les circuits sur neige qui offrent les meilleures sensations.
Enfin, là où la plupart des jeux de courses n'offrent qu'un challenge limité sur la durée, Shox surprend en proposant un système de progression très prenant, qui nécessite de compléter le maximum de défis pour gagner suffisamment d'argent afin de pouvoir obtenir les véhicules nécessaires aux championnats suivants. Seulement voilà, il faut parier pour avoir le droit de piloter les véhicules les plus performants, et pour cela il est indispensable de réussir à les battre en face à face sur des portions de circuits très courtes mais démentielles. Au moins, les différences de performances sont flagrantes, et on n'a pas l'impression d'avoir craqué son fric pour rien. En cas d'échec, rien de grave puisque même si l'on perd l'intégralité de sa mise, le véhicule sur lequel on a parié voit son prix divisé par deux, ce qui favorise la persévérance du joueur. C'est seulement en remportant les quatre trophées des courses précédentes que l'on peut participer au championnat ultime, le championnat Shox, mais de nombreuses heures de jeu seront nécessaires avant d'en arriver là.

Les notes
  • Graphismes 16 /20

    Visuellement, Shox impressionne surtout par sa mise en scène exceptionnelle lorsque les sauts et les collisions les plus spectaculaires donnent lieu à des ralentis impressionnants, où l'on voit des morceaux de pare-choc traverser la piste et des concurrents qui s'envolent. Les environnements sont variés mais peu nombreux, et les dégradations sont visibles sur les modèles physiques des véhicules. On s'interroge tout de même sur l'absence des replays. Quant au public en carton qui s'affiche en bordure de courses, les graphistes auraient aussi bien fait de ne rien mettre parce que le résultat est tout de même assez abject.

  • Jouabilité 16 /20

    Le gameplay arcade permet une prise en main immédiate et un plaisir de jeu indéniable. Comme dans SSX, on a l'impression que le niveau des concurrents s'adapte plus ou moins à notre façon de jouer. Les dégradations n'influent que légèrement sur les performances du véhicule et n'empêche pas de terminer la course. Trois vues sont proposées.

  • Durée de vie 16 /20

    Le système de progression est excellent et très prenant. Les 24 circuits ont tous une version « night » et le jeu recèle en fait une multitude de défis à compléter. Impossible de décrocher une fois le pad en main. En plus, les épreuves sont parfaitement progressives et le jeu comporte un mode multijoueurs de 2 à 4 en écran splitté.

  • Bande son 15 /20

    Une bande-son qui suffit à faire monter l'adrénaline en quelques secondes, et qui sait se transcender durant les ralentis.

  • Scénario /

    -

Shox crée la surprise en proposant une approche nouvelle des courses de rallye. Les amateurs de sensations extrêmes auront du mal à décrocher, d'autant plus que le système de progression est réellement intéressant et que le jeu recèle une multitude de challenges. Il faudrait vraiment ne jurer que par la simulation pour y trouver à redire.

Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste jeuxvideo.com
14 octobre 2002 à 18:00:00
16/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (12)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
16.8/20
Mis à jour le 14/10/2002
PlayStation 2 Course Sport Electronic Arts EA Sports BIG
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Travis Strikes Again No More Heroes : Une expérience néo-rétro débridée
    SWITCH
  • Preview : Resident Evil 2 : 4 heures passées à Raccoon City, et des S.T.A.R.S plein les yeux
    PC - PS4 - ONE
  • Preview : Super Smash Bros. Ultimate : On a joué au mode Aventure, au Tableau des Esprits et au mode Classique !
    SWITCH
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Jump Force
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Anthem
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Resident Evil 2 (2019)
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live