Test Burnout 2 : Point of Impact- PlayStation 2

PlayStation 2

Ce fut l'une des surprises de l'année dernière, il sera l'un des gros titres de cet automne. Burnout 2 : Point of Impact, c'est, en gros, Burnout premier du nom mais avec des plus un peu partout. Plus joli, plus rapide, plus barré, mais... toujours pas plus long.

Burnout 2 : Point of Impact

Burnout, c'est le jeu qui m'a réconcilié avec les jeux de bagnoles. Je dois vous avouer que moi les Gran Turismo et compagnie, je trouves a bien mais ça ne m'a jamais scotché devant l'écran, ou alors pas longtemps. Mais Burnout, ce pur concentré de fun et d'adrénaline super pas prise de tête... Là oui. Pour ce second opus, Criterion conserve les bases du titre. Je rappelle pour les amnésiques, qui ont le droit de savoir comme tout le monde. Le concept est simple : conduire comme le pire des tarés. Frôler les autres voitures, rouler à contresens, déraper, tout est bon pour marquer des points et faire gonfler la jauge de boost. Voilà. Ah ben je l'avais dit que c'était simple.

Test Burnout 2 PlayStation 2 - Screenshot 17Pour sauver la morale, je signale que rouler comme un taré dans un quartier résidentiel n'est pas remboursé par la sécu.

Alors quoi de neuf dans ce Burnout 2 ? D'abord, de nouvelles voitures, 14 au total dont 7 inédites seront à débloquer. Et les circuits ? Pareil, mais que de l'inédit cette fois. On enchaîne fissa avec les modes de jeu. On retrouvera la progression du premier volet entre championnat et Face Off. Vous finissez un championnat, vous débloquez le Face Off, vous finissez le F.O, vous débloquez le championnat suivant et une voiture. Et ainsi de suite. Mais d'autres modes font leur apparition et viendront s'intercaler dans votre progression. Notamment la Poursuite qui vous propose de jouer au flic et de vous lancer à la poursuite de vos potes qui roulent comme des dingues. Arrivée aussi du P2P, un mode assez similaire au F.O et qui vous permettra de débloquer voitures et circuits.

Test Burnout 2 PlayStation 2 - Screenshot 18On flippe toujours à l'approche d'un carrefour. Camion, bus ? Passera ou pas ?

De nouvelles possibilités qui rendent donc le jeu un peu plus garni et varié, ce qui n'est pas un mal. Mais la conduite aussi a connu de légers changements. Le principal est sans aucun doute la gestion remaniée du boost. Tout d'abord, elle est beaucoup plus simple à remplir et ne se vide plus complètement au moindre crash. Le second point maintenant. Si dans le premier épisode il était possible d'user de son boost en plusieurs fois une fois la jauge remplie, ici, si vous le lancez et que vous le stoppez, il faudra attendre d'avoir remplie de nouveau le Speed Meter pour repartir. Mais comme celui-ci se complète plus facilement, on se rend compte qu'il est assez fréquent d'avoir un boost à disposition. Qu'en déduire ? Que Criterion nous livre un jeu dans lequel il faudra être encore plus rapide et surtout plus suicidaire.

Test Burnout 2 PlayStation 2 - Screenshot 19Jolis reflets.

Un autre petit truc, les dérapages sont, me semble-t-il, un brin plus efficace et plus aisé à réaliser. Encore un chtit quelque chose qui concerne le poids des voitures qui s'est alourdi. Les caisses étaient déjà bien « glues » (arcade oblige) les voilà maintenant plus pesantes et il est du coup beaucoup plus difficile d'envoyer les concurrents se faire aplatir le capot sur un 30 tonnes. Mises à part ces petites choses, le gameplay est strictement identique à celui de Burnout premier du nom. Si ce n'est qu'ici, on va encore plus vite et que les nouveaux tracés offrent de sacrés possibilités de conduite déjantée avec, en sus, une circulation parfois encore plus dense et quelques bifurcations à l'occasion. Cerise sur le gâteau, la conduite gagne en précision et permet donc de réaliser de petites prouesses en matière d'évitement. Un régal.

Test Burnout 2 PlayStation 2 - Screenshot 20Même sous la neige, on frime.

Du point de vue de la réalisation, là aussi il y a du mieux. Les textures au sol sont plus détaillées et les environnements bien rendus. Les modélisations des voitures sont tout à fait correctes malgré un aspect un peu « plastique ». Le très bon point ira aux effets de réflection (pourtant si galères à réaliser sur PS2) tant sur la route que sur les voitures. Au passage, mentionnons l'une des autres innovations du jeu, la présence d'effets météo qui viendront corser certaines courses. Sous la pluie en pleine nuit, c'est déjà nettement plus délicat de passer entre deux camions. Mais cette pluie n'a qu'un impact sur la visibilité et l'adhérence n'en sera pas affectée le moins du monde (arcade, arcade). Tant que j'y suis, je vous signale aussi que les crash sont encore plus impressionnants qu'auparavant et que le moteur gère un grand nombre de points d'impact et de dommages. Le seul hic étant qu'ils cassent toujours le rythme de jeu, même s'ils ont été légèrement raccourcis. La bande-son n'a, quant à elle, que peu évoluée et reste toujours aussi convaincante. La musique connaît tout de même un chamboulement original. Plus vous allez vite plus elle s'énerve. Lorsque vous roulez normalement, elle se montre très discrète (limite gonflante avec ses rythmes de cymbales répétitifs) mais dès que vous enclenchez le boost, les guitares bien grasses viennent stimuler vos oreilles. Efficace. En un mot, Burnout 2 c'est de l'arcade pur jus. Bien foutu et offrant de grisantes sensations, le titre de Criterion n'est cependant pas exempt de défauts. Le principal étant qu'il souffre du syndrome Crazy Taxi. Sa durée de vie est terriblement courte. D'une part, le concept devient vite lassant et d'autre part, en dépit des nouveautés, le jeu se boucle très vite. On accumule les médailles d'or un peu trop facilement (même si cette opus se montre un brin plus ardu que son grand frère). On s'éclate beaucoup, mais malheureusement pas longtemps.

Dinowan, le 08 octobre 2002

Les notes

  • Graphismes 17/20

    C'est très chouette. De bien jolies modélisations malgré l'aspect plastique chromé des voitures. La palme revient à de fort beaux effets de réflection tant sur route sèche qu'humide. Mais le principal : aucune baisse de frame-rate et un aliasing discret.

  • Jouabilité 16/20

    Arcade pur jus. La prise en main est immédiate et le passage au tutorial un peu inutile. Le gameplay est simple mais jouissif. Le seul problème c'est qu'il devient vite lassant.

  • Durée de vie 12/20

    Un gameplay répétitif et un jeu assez court. Voilà bien les deux défauts majeurs du jeu. On le boucle vite mais on peut toujours le ressortir à l'occase.

  • Bande son 15/20

    Les effets sont vraiment réussis et le principe de la musique qui monte en puissance avec votre moteur est sympathique. Etre en symbiose avec son moteur, n'est-ce pas là, la clé du bonheur ?

  • Scénario

    -

  • Note Générale16/20

    Burnout 2 fait mieux que son frangin et ce n'est pas rien. Grâce à une meilleure réalisation et des sensations de vitesse augmentées, il nous offre un gameplay particulièrement scotchant. Malheureusement, le concept demeure répétitif et ce ne sont pas les nouveaux modes de jeu qui suffiront à le faire oublier. A ne pas rater tout de même.

    La note de la rédaction est une appréciation de la qualité générale du jeu, mais n'est pas une moyenne arithmétique des différents critères.

  • Note Lecteurs 17/20

Retour haut de page

Infos jeu

  • Editeur : Acclaim
  • Développeur : Criterion Studios
  • Type : Course
  • Multijoueurs : 2 joueurs
  • Sortie France : 11 octobre 2002
    (30 septembre 2002 aux Etats-Unis - 1er avril 2004 au Japon)
  • Version : Française intégrale
  • Classification : Pour tous publics
  • Existe aussi sur :
    Burnout 2 : Point of Impact - Gamecube Burnout 2 : Point of Impact - Xbox
  • Similaire à :
    Burnout
Mots-clefs : Burnout 2 Point of Impact

Vidéos

Voir les 3 vidéos de Burnout 2 : Point of Impact