Accueil jeuxvideo.com
  • Créer un compte
  • Se connecter
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Super Mario Sunshine sur NGC /

Test Super Mario Sunshine sur NGC du 30/09/2002

Test : Super Mario Sunshine
NGC

Jouer à Mario, c'est comme sauter dans un grand-huit quand on a la gueule de bois : ça fait peur, ça fait mal, mais on en redemande. Attendu de pied ferme par des milliers de joueurs qui espéraient autre chose que Luigi's Mansion pour fêter dignement l'arrivée du plombier sur GameCube, Super Mario Sunshine s'affirme comme le défi ultime pour les hardcore gamers. Un titre faussement naïf qui dissimule une difficulté redoutable et un plaisir de jeu unique. La crème du jeu de plate-forme, en somme.

Saviez-vous qu'il existe une île, au large des tropiques, où la lumière du soleil resplendit d'une telle force que l'on ne peut s'y promener de jour sans lunettes de soleil sous peine de se brûler les yeux ? C'est là-bas, sur l'île Delfino, que Mario et la princesse Peach espéraient passer des vacances romantiques sous l'oeil vigilant de Papi Champi. Oui, mais voilà. Un petit malin camouflé sous l'apparence de Mario s'est mis en tête de barbouiller les soleils de l'île avec une bonne couche de peinture qui tache, et c'est Mario qui est condamné à porter le chapeau. C'est ainsi qu'un séjour anecdotique au soleil se transforme brusquement en un grand nettoyage de printemps, avec moult péripéties à la clé. Une aventure qui lèvera le voile sur bien des mystères et répondra à des questions limite existentielles : qui est le fils caché de la princesse Peach ? Pourquoi Yoshi préfère cracher les pépins de raisin plutôt que de les avaler ? Pourquoi les graffitis sont-ils une menace pour les autochtones de l'île Delfino ? Et à quoi ressemble Toad sans sa cagoule champignon ?

Nintendo s'est lâché sur le design des créatures.

A peine arrivé sur l'île, le joueur est confronté à la grande nouveauté de ce nouvel opus : une sorte de pompe à eau qui parle et porte le nom de J.E.T. Un accessoire primordial, puisqu'il va rythmer à lui seul la cadence de cette aventure. Perdu sous une avalanche de possibilités de mouvements en tout genre, le joueur s'essaye maladroitement au fonctionnement de son nouvel engin en arrosant malencontreusement la jolie Peach qui ne manque pas de s'insurger tout en se protégeant avec son ombrelle. C'est sûr, le monde de Mario Sunshine est vivant, et les insulaires coiffés de palmiers ne sont pas là que pour faire de la figuration. Ils vont et viennent à leurs occupations et sont prêts à vous aiguiller lorsque vous êtes perdu, lorsqu'il ne vous demandent pas carrément de les sortir d'un mauvais pas. C'est ici, sur la place de l'île Delfino, qu'on livre une poursuite acharnée à l'usurpateur, et que l'on découvre progressivement des voies permettant d'atteindre de nouvelles îles.

Débarrassez les miroirs de ces gêneurs.

Le monde de Mario Sunshine est ainsi composé de plusieurs îles qui donnent lieu chacune à une série de huit épisodes. S'il est nécessaire de compléter chacun des épisodes dans l'ordre, rien ne vous empêche de passer à un autre monde lorsque le challenge en cours vous laisse perplexe. A chaque fois, le monde est plus ou moins modifié par la présence de nouveaux boss ou de nouvelles calamités. L'occasion de sortir sa fameuse pompe à eau pour débarrasser l'environnement des graffitis laissés par l'usurpateur, des coulées de boue répandues par les plantes carnivores et des flaques de peinture balancées par des individus mal intentionnés. Plus vicieux encore, on pourra parfois interagir avec certaines portions du décor pour déformer l'apparence du niveau et créer de nouveaux passages. Mais Mario n'est pas à court de ressources et il dispose notamment de quatre types de pompe à eau spécifiques : la buse d'arrosage qui crache un jet direct et précis, l'aérobuse qui permet de planer un certain temps, la catabuse qui vous propulse vers les sommets, et la turbobuse pour filer comme l'éclair. Dommage tout de même qu'on ne puisse pas disposer de toutes ces fonctionnalités en même temps.

Adresse et concentration sont de rigueur.

Bien sûr, Mario dispose également d'une bonne dizaine de mouvements spéciaux qui permettent au joueur d'évoluer librement et intelligemment pour atteindre des endroits souvent difficiles d'accès. On retrouve la plupart des mouvements de Mario 64 comme le fameux saut périlleux arrière, la charge au sol, le triple saut ou le rebond, et l'on oublie rapidement l'absence du saut en longueur compensée ici par la glissade. Concrètement, il suffit de projeter de l'eau sur un terrain plat ou en pente et de s'élancer dessus à plat ventre pour dévaler à toute vitesse certaines portions de terrain. Un pur bonheur ! Bref, malgré la quantité impressionnante de mouvements possibles, on finit par jongler de façon parfaitement intuitive entre les multiples capacités de Mario, et l'on prend un infini plaisir à découvrir quel genre de nouveaux défis on va devoir relever. Il s'agira tantôt de mettre à mal un boss aussi ridicule que dangereux en trouvant la faille dans sa cuirasse, de participer à des épreuves aussi fun qu'éprouvantes telles que le grand-huit ou la course à dos de sèches. Les clins d'oeil aux précédents épisodes de la série sont nombreux, et l'on pourra notamment chevaucher un Yoshi, évoluer dans les bouches d'égouts et traverser des niveaux bonus complètement délirants mais aussi très difficiles. On se réjouit de retrouver la plupart des musiques originales remixées de façon délirante, et on reste ébloui par la qualité de la réalisation, les animations excellentes des personnages qui tentent de se débarrasser de leur boue et le rendu incroyable de l'élément liquide.

La bande des Yoshi est également de la partie.

Mais comme nous l'avons dit, Super Mario Sunshine est loin d'être un jeu facile. Plus que jamais, le jeu se destine avant tout à ceux qui ont plié tous les épisodes précédents et cherchent quelque chose d'encore plus retord. Le joueur est livré à lui-même dès le départ, obligé de se débrouiller tout seul avec la tonne de mouvements possibles et forcé de gérer lui-même les angles de caméra. Mais si le résultat effraiera sans doute les plus jeunes, il permettra à chacun de jouer de la façon qui lui semble la plus intuitive. Contrairement à Mario 64 où les caméras étaient limitées à certains angles, on peut ici les déplacer librement à 360°, zoomer et passer en vue subjective pour viser correctement ou avoir une vue d'ensemble. Avec un peu de pratique, on parvient à évoluer aisément sans jamais coincer la caméra contre un mur, auquel cas le personnage apparaît de toute façon par transparence derrière le décor. Quant à la difficulté impitoyable de ce titre, elle a pour conséquence que l'on en savoure d'autant plus ses exploits après un parcours du combattant où tout se joue au pixel près. Mais que serait Mario All Stars sans les challenges ultimes des Lost Levels ? Que serait Super Mario World sans sa vingtaine de niveaux spéciaux ultra corsés ? Et que serait un Mario 64 sans le monde de l'horloge ou de l'arc-en-ciel ? Au final, même si l'on peste parfois contre soi-même de devoir recommencer des dizaines de fois une même série d'épreuves, on y revient toujours pour réaliser le perfect qui viendra tôt ou tard récompenser ses efforts et sa persévérance. Nul doute que les vrais fans de la série y trouveront leur compte.

Les notes
  • Graphique 18 /20

    Le rendu de l'élément liquide est absolument bluffant, tout comme les amas de boue et les animations des personnages. La distance d'affichage est énorme, mais les environnements ont un peu de mal à se renouveler. Les attitudes des insulaires sont assez amusantes. La version PAL comporte bien l'option 60 Hz.

  • Jouabilté 19 /20

    Mieux vaut avoir une bonne notion des perspectives pour appréhender les sauts et les manoeuvres délicates que l'on est amené à faire toutes les trois secondes. La liberté de mouvements est incroyable, et il suffit d'un peu de pratique pour dompter efficacement la gestion des caméras. Une fois maîtrisé, c'est un pur régal.

  • Duree 17 /20

    Les étoiles de Mario 64 ont été remplacées par des soleils, mais les challenges sont du même type. De nombreuses heures de jeu et beaucoup de patience et de persévérance seront nécessaires avant de plier ce titre dans son intégralité.

  • Son 17 /20

    Des musiques qui vont bien avec l'ambiance tropicale des environnements de jeu. On retrouve des musiques cultes remixées façon délire, ainsi que les cris et les bruitages légendaires de la série. Les dialogues sont évidemment traduits en français.

  • Scénario /

    Sans doute le premier épisode de la série à proposer une histoire qui se poursuit tout au long du jeu. L'atmosphère est naïve et guillerette, mais l'intérêt du scénario n'étant pas primordial pour apprécier le jeu, je ne me risquerai pas à tenter de l'évaluer.

Si vous vous sentez l'âme d'un hardcore gamer, nul doute que Super Mario Sunshine saura faire passer en vous des frissons d'intense plaisir ludique. Le challenge est plutôt ardu mais la réussite n'en est que plus savoureuse, et le jeu s'adresse davantage à ceux qui ont plié tous les épisodes de la série plutôt qu'aux jeunes joueurs. Mario Sunshine n'est peut-être pas aussi novateur que l'était son prédécesseur sur N64, mais il n'en reste pas moins la nouvelle référence du jeu de plate-forme, et pour un bon bout de temps sans doute.

Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste de jeuxvideo.com
30 septembre 2002 à 18:00:00
18/ 20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (805)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
18/ 20
Mis à jour le 30/09/2002 Voir l'historique
Gamecube Plate-Forme Nintendo
  • Partager cette page :
pas d'image
AvantArrière
  • Accueil
  • Tests (2)
  • News (14)
  • Vidéos (6)
  • Images (38)
  • Wiki / ETAJV
  • Wallpapers (5)
  • Forum
HISTORIQUE DES ARTICLES
  • Test : Super Mario Sunshine sur NGC
    -
    NGC
  • Aperçu : Super Mario Sunshine sur NGC
    - 3
    NGC
Boutique
  • Super Mario Sunshine NGC
    142.00 € Neuf
    18.00 € Occasion
Mettre en valeur Masquer

Vous pouvez mettre en valeur les zones que vous désirez ainsi que noircir les zones que vous désirez cacher.