Accueil jeuxvideo.com
  • Créer un compte
  • Se connecter
Créer un contenu
Test : Arx Fatalis
PC

« On a reçu Arx Fatalis. » Parfois, le bonheur et la qualité d'un rythme de sommeil ne tiennent qu'à une simple phrase. Vous avez aimé Ultima Underworld, Thief et Deus Ex ? Et bien les lyonnais d'Arkane aussi. Ainsi naquit Arx Fatalis. Des modèles fabuleux et une très grosse dose de talent, il n'en faut pas plus pour faire un hit.

Si vous n'avez jamais entendu parler de cette merveille ludique, laissez-moi faire de rapides présentations. Arx Fatalis est un titre hybride, qui se positionne quelque part entre le jeu de rôle et le jeu d'aventure, avec, au centre, la liberté d'action et un gameplay étonnament riche. Et en plus, c'est le premier jeu français vraiment sidérant et original que l'on ait vu depuis des années (mettons depuis la sortie d'un certain Nomad Soul). Partons, ami lecteur, explorer les ténèbres souterraines.

Les gobelins sont clairement mes chouchous.

Le monde d'Arx, autrefois plus ou moins paisible, a connu un grand chamboulement climatique qui obligea ses habitants à se réfugier sous terre. Toutes races confondues (humains, gobelins, trolls et autres) migrèrent et aménagèrent un nouveau monde dans les entrailles de la Terre. A cette occasion, les conflits furent oubliés. Mais voilà que les antagonismes reprennent vie et qu'un Mal sourd semble s'éveiller. C'est dans ce contexte qu'apparaît celui qui prendra le nom d'Am Shaggar (le sans nom), vous, totalement amnèsique et totalement pas ordinaire comme garçon. Voilà pour la base du scénario. A vous ensuite de démêler les fils d'une intrigue, certes pas extraordinairement originale, mais bougrement bien montée et qui tient en haleine. Moi, je ne vous en dirais pas plus :)

La création du personnage. Au passage l'un des défauts du jeu : vous êtes obligé d'avoir l'air idiot.

Arx Fatalis est un jeu de rôle. Mais pas uniquement. De ce genre, on retrouvera certains élements dont le plus important est la création de votre personnage, mais d'une manière beaucoup moins rébarbative que ce que l'on voit dans certains titres (que les novices en la matière ne s'inquiètent donc pas). La création se déroule en deux étapes. 4 catégories principales, qui influent sur 10 skills. Ces différentes aptitudes conditionneront grandement le déroulement du jeu et les choix que vous effectuerez (à la manière d'un Deus Ex). Devenez furtif et vous éviterez les combats tout en étant un pickpocket hors pair, ajoutez un zest d'aptitudes manuelles et vous crochetterez les serrures ou réparerez des mécanismes complexes. Ou alors devenez une brute prompte à assommer les plus hargneux des champions gobelins. Pensez aussi à developper votre intuition pour ne pas être surpris par les pièges. Les possibilités sont multiples. D'autant plus que votre personnage évoluera en cours de jeu grâce aux points d'XP que vous récolterez et qui vous permettront de développer de nouvelles aptitudes. Ce premier point fait que deux expériences de jeu diffèrent l'une de l'autre. Selon chaque modèle de personnage imaginable, votre manière d'agir sera différente. Ce qui nous amène à un nouveau point.

Vue d'ensemble de l'entrée du monde humain. Ce n'est qu'un maigre aperçu de ce monde souterain

Arx Fatalis est un jeu d'aventure et d'action. Mais il n'est pas linéaire. Ce qu'il faut comprendre, c'est que si vous avez bien une quête principale, vous aurez aussi une multitude de quêtes secondaires. Mais surtout, dans AF, un problème n'a jamais qu'une seule solution. Il vous faudra être inventif, et là encore, les aptitudes de votre personnage joueront un grand rôle bien que le choix reste possible. Il y a toujours différentes manières d'accomplir une action. Vous êtes plutôt violent, frappez, vous êtes plutôt pacifiste, planquez-vous, ou encore piquez une clef. Comment faire sortir un roi de sa chambre ? N'y a-t-il pas un indice quelque part ? Des exemples simples mais des possibilités complexes. Et cette liberté ne s'arrête pas là. Il est par exemple possible de tuer n'importe qui. Même le roi si ça vous dit (enfin, vous êtes mal barré après). Mais si vous liquidez un NPC qui avait des choses importantes à vous révéler... il faudra trouver les réponses ailleurs. Autre point qui ajoute à cette richesse du gameplay, la grande interactivité tant avec les décors qu'avec les personnages. Vous n'imaginez pas les choses que l'on peut cacher dans des lieux saugrenus.

Quelques rencontres surprenantes vous attendent.

Arx Fatalis est une question de combinaisons. Combinaison de RPG et d'aventure, combinaison de skill et de choix et enfin, combinaison d'ingrédients ! Car on peut faire la cuisine dans Arx. La cuisine toute bête d'abord en récoltant des ingrédients pour faire une tarte (qu'il faudra cuire) mais surtout de la cuisine magique. Trouvez la recette, les bonnes plantes, un flacon vide, un mortier et faites-vous une potion. Ce qui me conduit tout naturellement à vous parler du système de magie mis au point par Arkane. Les sorts se réalisent par une combinaison adéquate de runes qu'il faut dessiner à l'écran à l'aide de la souris (genre Black and White). Sachant qu'il y a environ 50 runes et que tous les sorts ne sont pas dévoilés par le jeu, les plus acharnés vont mettre un bout de temps à trouver les incantations cachées. Mais le plus important est que ce système est incroyablement immersif. Sachez tout de même qu'il est possible de mémoriser 3 sorts qu'on lancera par un raccourci clavier.

Le système de magie est particulièrement immersif.

Non content d'être pourvu d'un gameplay fabuleux, Arx Fatalis est en plus superbe. On aurait pu craindre un level design facile en sachant que le jeu se déroule uniquement sous terre. Mais non. Chaque race a amenagé son petit monde à elle, avec ses particularités. Et pas question de se la jouer bas de plafond. C'est carrément un village médiéval que l'on trouvera chez les humains. Le top restant le travail effectué sur les NPC. Chaque race a sa démarche, son expression et les textes sont fabuleux. On n'a pas vécu tant qu'on ne s'est pas entendu dire qu'on se bat comme une gobeline par un champion gobelin (diatribe dont j'abuse à l'égard de Jihem durant nos joutes Greco-romaines), ou « Toi sens mauvais dans la bouche ». Et l'IA est une merveille. Frappez un gobelin, il s'enfuit en criant « Champion à l'aide : » et ramène tous ses potes avec lui. Ne fuyez pas, il vous chercheront, planquez-vous plutôt. Vous flipperez comme des malades quand il vous semblera entendre un bruit de pas derrière vous, « Est-ce qu'on me suit, je me retourne, rien , pourtant... »...

Vous pouvez attaquer n'importe qui. Exemple avec le roi des gobelins (chose à éviter :).

Mais même si je ne taris pas d'éloge devant ce chef d'oeuvre, je ne suis pas homme à taire les défauts d'un jeu, quitte à en souffir personnellement. D'abord, même s'il est splendide le monde d'Arx n'est pas bien grand malgré la présence de zone à découvrir au fur et à mesure de votre progression. Autre petit écueil, les combats au corps à corps sont, au moins au début, assez ardus et en décourageront peut-être certains. D'autres regretteront aussi la non-interactivité des dialogues sur lesquels on n'a aucune prise (pas de choix de question ou de réponse). Le dernier petit truc, le jeu est très gourmand et pas toujours très stable (sous réserve de « patchage » de dernière minute). Mais tout cela n'est que pécadille face à tant d'innovation, de qualité et de, et de... je ne trouve pas les mots. C'est trop le bonheur et en plus c'est français. Ceci dit attention, petits joueurs s'abstenir, le jeu est assez corsé, ce qui ne plaîra pas à tout le monde.

Les notes
  • Graphique 17 /20

    Les niveaux sont splendides et les personnages jouissent de modélisations magnifiques (quels visages !) doublées d'animations variées. C'est du grand art.

  • Jouabilté 17 /20

    L'interface d'Arx Fatalis est assez complexe à maîtriser et les premiers temps de jeu prendront la forme d'un apprentissage. Mais tout cela devient vite une seconde nature. Quant au gameplay d'une manière générale, il n'est pas loin de nous rappeller celui de Deus Ex, de Thief et d'Ultima, mais avec sa propre personnalité. Divin. On regrette juste des combats un peu hard.

  • Duree 17 /20

    Jouez une fois, deux fois, trois fois, le jeu change avec vous. De plus, même si le monde n'est pas énorme il regorge de secrets. Attention par contre à une difficulté parfois un peu elevée qui pourrait rebuter certains joueurs.

  • Son 18 /20

    Quasiment pas de musique mais une ambiance sonore époustouflante. Les tirades vont du comique au tragique. Les fonds sonores sont incroyablement vivants ou inquiétants et varient selon les lieux. La bande son m'a vraiment laissé béa.

  • Scénario 16 /20

    L'intrigue de base est classique mais le jeu ne manque pas de rebondissements et on veut absolument savoir qui est Am Shaggar. La multitude d'évènements présents et de scripts rendent le jeu bien vivant.

Je serai bref. AF est un titre merveilleux, au gameplay hybride, original, incroyablement riche et à la réalisation somptueuse. Avec Arx Fatalis, Arkane Studio gagne les rangs des Mozart videoludiques.

Profil de Dinowan
L'avis de Dinowan
MP
Journaliste de jeuxvideo.com
25 septembre 2002 à 18:00:00
19/ 20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (125)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17/ 20
Mis à jour le 25/09/2002 Voir l'historique
PC RPG JoWooD Arkane Studios
  • Partager cette page :
Arx Fatalis
PC Xbox
pas d'image
AvantArrière
  • Accueil
  • Tests (4)
  • News (8)
  • Vidéos (6)
  • Images (102)
  • Wiki / ETAJV
  • Wallpapers (4)
  • Forum
HISTORIQUE DES ARTICLES
  • Dossier : Interview Raphaël Colantonio
    - 0
    PC - XBOX
  • Test : Arx Fatalis sur PC
    -
    PC
Boutique
  • Arx Fatalis PC
    25.00 € Neuf
    16.00 € Occasion
Mettre en valeur Masquer

Vous pouvez mettre en valeur les zones que vous désirez ainsi que noircir les zones que vous désirez cacher.