Test Manic Miner- Gameboy Advance

Gameboy Advance

Décidément la GBA est vraiment une aubaine pour tous les recycleurs. Cette fois c'est Jester Interactive qui est tombé sur une antiquité en chinant dans une brocante : Manic Miner, tout droit sorti des années 80 et de son cortège d'Amiga et autre Commodore 64.

Manic Miner

Le patron : « Bon les gars, si personne ne le réclame dans un an et un jour, on a le droit de le garder. », un membre de l'équipe au hasard : « Ouais mais patron qu'est-ce qu'on va en faire ? », le patron, encore : « Ben un jeu GBA pardi ! ». Voilà, c'est pour cela que les patrons sont des patrons, parce qu'ils ont de grandes idées. Donc, maintenant que vous savez à peu près comment ce Manic Miner est arrivé sur nos GBA je peux vous le dire : il tient plus de la pluie acide que de la douce et tiède pluie d'été. Je vous raconte l'histoire ? Pourquoi pas, ça meublera. Miner Willy est un mineur, sans lien de parenté connu avec une quelconque baleine hollywoodienne, qui tombe sur un ancien filon dans lequel il découvre les vestiges d'une civilisation disparue. Civilisation qui employait des robots pour effectuer les basses besognes de la mine, comme par exemple, euh... creuser. Willy décide donc de partir à la recherche des trésors cachés dans cette caverne mystérieuse, car il est d'une rare cupidité. Mais pas de bol, les robots tournaient à la Wonder et sont toujours au boulot. A vous maintenant de lui éviter de se faire tuer. Le principe du jeu est simple, il s'agit d'un bête titre de plate-forme mêlé d'action et de réflexion. Vous évoluez d'une salle à une autre, Chaque tableau contenant un certain nombre de clé qu'il vous faut trouver avant de passer au suivant. Voilà, c'est vu, vu et revu depuis plus de 20 ans, il n'y a rien d'autre à faire que cela et en plus c'est absolument horripilant.

Test Manic Miner Gameboy Advance - Screenshot 1Alors d'abord, trouver le personnage.

Manic Miner est, il faut le dire, aussi énervant qu'un petit cailloux dans une grande chaussure (Gucci de préférence, taille 41/42 selon la température extérieure). Et ça, on s'en rend compte dès les premières minutes, que dis-je, secondes de jeu. On n'y voit rien. Les décors sont très sombres (en plus d'avoir 20 ans d'âge) et comme si l'écran de la GBA n'était déjà pas assez petit, le personnage est minuscule. Le résultat c'est que l'on passe son temps à mourir parce qu'on a pas vu un détail (exemple : un monstre, un trou, le personnage) et qu'en plus il arrive que l'on oublie une clé. Je vous aide à imaginer la scène : neuvième tentative pour finir le second tableau, vous parvenez enfin en haut de la salle, vous êtes heureux, béat même, et là paf, la porte reste fermée... vous avez oublié une clé tout en bas. Impossible alors de retourner la chercher car les plates-formes qui permettent de remonter se sont effondrées. Deux solutions s'offrent alors à vous. La première : mourir et recommencer le niveau. La seconde : arrêter le jeu et chercher la cartouche de Super Mario Advance qui est quelque part-sur-le-bureau-bon-dieu-où-est-ce-que-je-l'ai-mise ?!. Bien sûr il faut ajouter à cette totale illisibilité du jeu une maniabilité particulièrement approximative. Je vous laisse imaginer le plaisir que l'on prend à essayer de sauter sur un bout de plate-forme de 3 pixels, qu'on voit à peine et avec un sprite qui n'en fait qu'à sa tête. C'est incroyable, je me demande si j'avais déjà vu un jeu qui énerve au bout de si peu de temps (environ 40/45 secondes).

Test Manic Miner Gameboy Advance - Screenshot 2Ah, ben ça alors, de la lumière.

Évidemment, les choses n'ont pas été faites à moitié, et la réalisation est navrante. Je vous l'ai déjà dit, les décors sont très pauvres, les trois quarts du temps très sombres, très basiques. Inutile je pense de vous dire aussi que les animations sont quasi inexistantes. Vu la taille du sprite du héros, comment voulez-vous l'animer ? Donc il se contente de bouger à l'écran. Point. La bande-son est tout aussi pitoyable. Les effets sont consternants et aussi gonflants que le reste du jeu. Personnellement, je trouve qu'il faut être sacrement gonflé pour oser un truc pareil sur GBA quand on voit la qualité de la concurrence sur ce support. Mais apparemment, l'argent aussi rend aveugle. Tiens, j'ai bien envie de me mettre au recyclage de jeux moi aussi, histoire d'être un bon citoyen. Alors voyons, avec le plastique de la cartouche on doit pouvoir faire un très bon manche de brosse à dent, le papier du mode d'emploi pourrait servir à faire du beau papier glacé pour envoyer des lettres anonymes à l'éditeur et enfin le carton du package pourrait être utilisé pour emballer le prochain Mario sur portable. En guise de conclusion je dirais que recycler c'est bien, qu'en abuser ça craint et surtout qu'il ne faut pas oublier de faire le tri sélectif avant. Tout est dit

Dinowan, le 13 août 2002

Les notes

  • Graphismes 5/20

    Je sais pas trop quoi vous dire, ils sont tellement sombre que je les ai à peine vus. Franchement entre le perso ridiculement petit et la pauvreté affligeante des décors tout carrés, c'est une honte pour la GBA.

  • Jouabilité 7/20

    C'est simple, c'est une catastrophe. La maniabilité est mauvaise à la base mais comme en plus on ne voit rien, ou presque, de ce que l'on fait, c'est à la limite de l'injouable et c'est en tout cas insupportable.

  • Durée de vie 6/20

    4 minutes 35 secondes. Désolé j'ai pas les centièmes sur ma montre. Au delà, il faut se doper pour tenir. Enfin si vous êtes sados et que vous voulez aller jusqu'au bout, vu le nombre de tentatives qu'il faut pour finir un tableau vous en aurez pour un moment. Si vous n'avez pas fait une attaque d'ici là.

  • Bande son 8/20

    Une musique marrante au début mais qui ne varie pas et finit donc par être super gonflante. Les effets sont navrants et semblent tout droits sortis des entrailles d'un CPC asthmatique pourvu d'enceintes déchirées.

  • Scénario

    -

  • Note Générale5/20

    Un jeu à éviter à tout prix, je pense qu'il n'est pas utile de le rappeler encore une fois. Il fallait une bonne dose de culot pour oser sortir cette chose. Le pire c'est que ce jeu fut un pionnier en son temps, un peu comme Mario. Mais, amateurs de plate-forme teintée de casse-tête, je vous préviens, Manic Miner GBA est un titre qui ne mérite pas un regard, même par curiosité car son effet sur les nerfs est immédiat et il faut plusieurs heures pour retrouver son état normal même après une courte exposition. Pff, vais aller courir un peu, ça me calmera.

    La note de la rédaction est une appréciation de la qualité générale du jeu, mais n'est pas une moyenne arithmétique des différents critères.

  • Note Lecteurs 5/20

Retour haut de page

Infos jeu

Vidéos

Voir la vidéo de Manic Miner