Test Crash Bandicoot XS- Gameboy Advance

Gameboy Advance

Pour son premier passage sur Gameboy Advance, Crash peut se vanter de réaliser une très bonne performance en se présentant sous son meilleur jour dans un soft aux challenges variés qui ne manquera pas de séduire les amateurs du genre. Crash Bandicoot XS devrait donc facilement trouver son public malgré la pléthore de hits qui règnent déjà sur ce support en matière de plate-forme.

Crash Bandicoot XS

C'est donc dans un titre qui s'inscrit directement dans la lignée des précédents épisodes sur PSX que l'on découvre le fameux marsupial pour la première fois sur une console Nintendo. Et force est de constater que notre ami Crash ne loupe pas son entrée en scène sur la 32 bits portable, et risque même d'étonner les puristes du genre qui ne jurent que par Mario, Rayman ou encore Sonic. Ce n'est pas pour rien que Crash s'est bâti une renommée glorieuse sur PSX : le jeu est tout simplement un régal de gameplay, et sa simplicité en séduira plus d'un.

Test Crash Bandicoot XS Gameboy Advance - Screenshot 41up !

On se retrouve donc dans la peau du rouge marsupial pour déjouer une nouvelle fois les plans diaboliques de l'infâme Dr. Neo Cortex, prêt à surmonter la vingtaine de parcours semés d'embûches qui se dressent entre l'écran titre et la fin du jeu. La réalisation adoptée est donc en 2D avec des scrollings horizontaux dans la vieille tradition des jeux de plate-forme, mais le soft constitue un véritable nouvel opus à part entière, et non pas un simple remake comme on a trop l'habitude d'en voir sur ce support. Le jeu avoue tout de même rapidement ses similitudes avec les précédents épisodes sortis sur PSX, et ne parvient donc pas vraiment à étonner, même s'il s'avère distrayant dès les premières minutes.

Test Crash Bandicoot XS Gameboy Advance - Screenshot 5Crash revêt sa tenue de plongée pour aller sous l'eau.

En fait le principal motif d'étonnement réside dans le fait de pouvoir retrouver pour la première fois sur une console portable toute la magie de la série des Crash, et de constater à quel point le gameplay de ce titre convient parfaitement au support GBA. Très soigné graphiquement, le soft ne cesse d'alterner les phases de jeu en renouvelant constamment la progression. En dehors des niveaux en side-scrolling, on trouve ainsi des phases de jeu en fausse 3D particulièrement bien réalisées. C'est le cas des séquences de shoot'em-up dans les airs et des phases de poursuite dans les cavernes de glace. Dans ce cas précis, le joueur incarne un Crash pris de panique qui chevauche un ours polaire pour tenter d'échapper à un énorme Yéti en courant vers l'écran.

Test Crash Bandicoot XS Gameboy Advance - Screenshot 6"Il est poursuivi par un ours !"

Si l'idée n'est pas complètement nouvelle, l'excellent résultat ne manque pas de surprendre sur le petit écran de la GBA. A cela s'ajoutent les traditionnels niveaux sous-marins qui sont, à l'instar des autres phases de jeu, un régal de jouabilité. Les inconditionnels pourront toutefois regretter l'absence de Coco qui ne comptera donc pas parmi les personnages jouables de ce nouvel opus. Il faudra donc se contenter de Crash et de ses capacités de mouvements relativement réduites : le saut et l'attaque à la Taz, auxquels viennent s'ajouter le double-saut, l'écrasement, la tornade et le turbo que l'on obtient à chaque fin de monde. Seule ombre au tableau : la faible durée de vie du jeu. Le soft comporte seulement 20 niveaux, 5 dans chaque monde, qu'il est possible de faire dans n'importe quel ordre.

Test Crash Bandicoot XS Gameboy Advance - Screenshot 7Séquence shoot'em-up.

On ne compte que 4 boss en tout et pour tout dans l'ensemble de l'aventure, dont l'inévitable Neo Cortex. La présence de nombreux checkpoints, la possibilité de sauvegarder entre chaque niveau et le degré de difficulté relativement faible rendent la progression certes agréable, mais raccourcissent la durée de vie du jeu. Une fois l'aventure principale terminée, il reste quand même à trouver l'ensemble des caisses mystères en fouillant chaque niveau grâce aux nouvelles capacités acquises. Les stages sont alors chronométrés et la progression devient une espèce de Time Trial qui permet tout de même de relancer considérablement l'intérêt du jeu. En dehors de cela, Crash Bandicoot XS reste une valeur sûre et constituera une alternative de choix pour ceux qui ont déjà terminé Mario, Sonic ou encore Rayman sur le même support.

Romendil, le 14 mars 2002

Les notes

  • Graphismes 15/20

    La réalisation est très soignée, et les phases de jeu en fausse 3D se révèlent particulièrement efficaces, mais ce sont souvent les mêmes environnements qui reviennent.

  • Jouabilité 16/20

    La progression est toujours basée sur l'utilisation judicieuse des caisses (caisse à ressort, TNT, Nitro, caisses mystère) et profite d'une grande variété au niveau des challenges proposés. Le jeu comporte des stages bonus et il est possible d'acquérir à chaque fin de monde de nouvelles capacités dont il faut ensuite tirer partie dans les niveaux suivants.

  • Durée de vie 13/20

    Le niveau de difficulté n'est pas très corsé et il suffit de quelques petites heures pour en faire le tour, mais on y revient forcément pour essayer de trouver l'ensemble des bonus cachés et améliorer ses temps.

  • Bande son 13/20

    Les thèmes musicaux sont un peu confus pour permettre vraiment d'accrocher à l'atmosphère sonore du jeu, mais l'ensemble colle tout de même assez bien à l'univers de Crash.

  • Scénario

    -

  • Note Générale16/20

    Les jeux de plate-forme commencent à se bousculer sur GBA sans pour autant se ressembler, et Crash n'aura pas grand mal à convaincre les amateurs du genre avec ses phases de jeu variées et son gameplay agréable. Un incontournable pour les inconditionnels de la plate-forme.

    La note de la rédaction est une appréciation de la qualité générale du jeu, mais n'est pas une moyenne arithmétique des différents critères.

  • Note Lecteurs 17/20

Retour haut de page

Infos jeu

Mots-clefs : Crash Bandicoot X/S, Crash Bandicoot