Test Kuru Kuru Kururin- Gameboy Advance

Gameboy Advance

Si la plupart des joueurs regrettent déjà l'absence d'un énième clone de Tétris pour le lancement de la GBA, leur déception risque bien de prendre fin lorsqu'ils découvriront cet étrange Kuru Kuru Kururin venu de nulle part. Complètement génial et novateur dans son concept, ce petit soft sans prétention inaugure avec brio la venue des premiers jeux de réflexion sur la nouvelle portable de Nintendo.

Kuru Kuru Kururin

Alors que l'on croyait avoir déjà tout vu en matière de réflexion, voici qu'arrive un jeu au concept complètement original, à mille lieues d'un Tétris, mais qui s'en rapproche pourtant par son potentiel hautement addictif qui devrait faire passer quelques nuits blanches à tous ceux qui auront la bonne idée de se le procurer. Plus qu'un simple jeu de réflexion, Kuru Kuru Kururin puise son intérêt dans son principe génial qui demande au joueur autant de réflexion que de réflexes, d'adresse et de concentration. Tout repose en fait sur une idée totalement inédite : diriger un bâton en rotation permanente sur lui-même à travers un dédale semé d'embûches sans jamais toucher le moindre bord. Un principe de jeu ultra-simple, pour ne pas dire simpliste, mais à partir duquel il est possible de produire un nombre infini de situations différentes, donnant lieu à une multitude de casse-têtes déments. Et là où le jeu devient carrément prenant, c'est qu'il ne suffit pas de voir la solution pour réussir, il faut ensuite parvenir à réaliser le challenge jusqu'au bout sans perdre sa concentration.

Test Kuru Kuru Kururin Gameboy Advance - Screenshot 1Aidez Kururin à piloter son hélico pour sauver ses amis.

Un titre parfait donc, pour la GBA, qui se prête à merveille à ce type de softs. La réalisation est certes assez sobre, mais très lisible, et la maniabilité repose uniquement sur les touches directionnelles et sur les boutons A et B qui permettent deux niveaux de vitesse. Malgré tout, Kuru Kuru Kururin possède une touche graphique très naïve avec des tableaux hauts-en-couleurs et des bruitages hilarants. Certainement le meilleur moyen d'éviter une crise de nerf après 50 tentatives infructueuses sur un même tableau ! Plus étonnant : Kuru Kuru Kururin possède une histoire ! Ce mystérieux bâton que vous vous acharnez à amener jusqu'à sa destination sans savoir pour quelle raison, est en fait un moyen de transport pour d'adorables créatures vivant dans un pays mystérieux. L'histoire est résumée par une courte intro très amusante où l'on voit le héros nommé Kururin partir à la recherche de ses amis à bord d'une sorte d'hélicoptère qui, vu de haut, évoque bien cette petite barre qui tourne sur elle-même et que vous dirigez.

Test Kuru Kuru Kururin Gameboy Advance - Screenshot 2Les tableaux deviennent vite de véritables casse-tête.

C'est parti ensuite pour une cinquantaine de niveaux qui montrent tout ce que l'on peut faire à partir d'un concept aussi simple. Si les premiers parcours ne sont là qu'en guise d'échauffement, les choses se corsent rapidement avec des labyrinthes qui vous demanderont très vite autant d'astuce que d'adresse. Passages étroits au possible, pièges mobiles en travers de la route, et virages anguleux, tout a été mis en oeuvre pour vous en faire baver. Surtout que vous n'avez strictement rien à votre disposition pour vous faciliter la tâche. Après avoir visualisé le parcours dans son ensemble et réfléchi sur la façon de négocier chaque tronçon, il ne reste plus qu'à serrer les dents pour rester concentré jusqu'au bout, trouver la vitesse la mieux adaptée à chaque situation et exploiter au mieux les nombreux ressorts qui vous permettront de changer de sens de rotation.

Test Kuru Kuru Kururin Gameboy Advance - Screenshot 3Si vous touchez un bord, vous perdez un coeur et 3 secondes.

Là où le jeu se révèle particulièrement addictif, c'est dans la mesure où le joueur peut voir réellement les progrès réalisés à chaque tentative. A partir de là, il devient extrêmement difficile de lâcher la console avant d'avoir enfin réussi. Totalement déconseillé aux joueurs nerveux et impatients, le soft réserve des parties passionnantes à ceux qui aiment persévérer et se surpasser pour réussir. On se surprend alors à terminer un parcours qui paraissait à première vue complètement impossible, et on prend plaisir à refaire ensuite le tableau complété pour parvenir au sans faute. Kuru Kuru Kururin possède néanmoins un défaut qui limite considérablement son intérêt. Construit en une succession de niveaux d'environ une cinquantaine de parcours différents, le jeu possède une fin. Une fois le jeu terminé dans tous les sens, que reste-t-il alors au joueur pour s'amuser ? Un mode multijoueur jusqu'à 4 simultanément en link, qui vient donc renforcer l'intérêt de cette cartouche en lui apportant une dimension conviviale tout à fait appropriée à ce type de jeu.

Romendil, le 21 juin 2001

Les notes

  • Graphismes 14/20

    Des graphismes très lisibles et naïfs, et surtout hauts-en-couleurs. Dix mondes qui s'inspirent chacun d'un thème différent. Il est même possible de customiser le design de son bâton en récoltant des bonus disséminés dans certains niveaux.

  • Jouabilité 16/20

    Des commandes très simples pour un principe de jeu tout aussi intuitif. La difficulté vient uniquement dans la capacité dont dispose le joueur à savoir garder sa concentration jusqu'au bout. Certains parcours sont de véritables casse-tête.

  • Durée de vie 13/20

    Après avoir surmonté la cinquantaine de niveaux disponibles et récolter tous les bonus, il reste tout de même le mode versus qui permet à 4 joueurs de s'affronter en même temps.

  • Bande son 14/20

    Une bande-son sympathique qui allège l'esprit du joueur et qui permet de relativiser un peu la succession d'échecs par laquelle il faudra passer avant de voir la fin du jeu.

  • Scénario 14/20

    Sûrement le premier jeu de réflexion à disposer d'un scénario, Kuru Kuru Kururin baigne dans un univers enfantin très naïf.

  • Note Générale14/20

    S'il ne constitue pas réellement un incontournable de la GBA, Kuru Kuru Kururin offre une excellente alternative aux nombreux Tétris-like qui ne manqueront pas de sortir sur la console. Génial, novateur et hautement addictif, le soft bénéficie également d'un mode multijoueur qui compense un peu le fait que le jeu possède une fin.

    La note de la rédaction est une appréciation de la qualité générale du jeu, mais n'est pas une moyenne arithmétique des différents critères.

  • Note Lecteurs 16/20

Retour haut de page

Infos jeu

  • Editeur : Nintendo
  • Développeur : Nintendo
  • Type : Action / Réflexion / Adresse
  • Multijoueurs : De 2 à 4 joueurs
  • Sortie France : 22 juin 2001
  • Version : Textes en anglais
  • Classification : Pour tous publics
Mots-clefs : Kurukuru Kururin