Menu
Zone of the Enders
  • PS2
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Zone of the Enders
PS2
Zone of the Enders
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste jeuxvideo.com
26 mars 2001 à 18:00:00
15/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (193)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
16.7/20
Partager sur :

Hideo Kojima fait enfin son entrée en scène sur la Playstation 2 avec un titre que l'on attendait pas particulièrement, mais qui révèle pourtant une nouvelle fois tout le talent de son créateur. Les combats de robots ne sont pas le genre de soft dont les occidentaux sont le plus friands, et pourtant, ZOE risque d'impressionner même les plus récalcitrants au genre.

Zone of the Enders

Il n'est pas nécessaire d'être un otaku de la première heure ou de collectionner des figurines de mechas pour devenir un fervent défenseur de ZOE, c'est une évidence. Même si une certaine ouverture d'esprit sur la culture japonaise et les manga, et un goût prononcé pour l'action sont conseillés pour apprécier pleinement ce titre, quelques minutes de jeu suffisent pour ne plus pouvoir se séparer de la Dualshock. Aussi impressionnant à voir qu'à jouer, ZOE devient une merveille de gameplay une fois la manette entre les mains. Les plus pointilleux auront beau lui reprocher certains détails mineurs, ZOE est certainement le titre le plus hallucinant sur PS2 à ce jour, même si le plaisir de jeu indéniable n'est pas forcément de très longue durée.

L'histoire de ZOE se passe au 22ème siècle au beau milieu d'une guerre interstellaire. Les Enders, des colons installés sur Jupiter, sont victimes d'une attaque des populations martiennes qui cherchent à récupérer une machine de guerre ultra puissante : le Jehuty. Le destin voudra que ce soit le jeune Léo qui mette le premier la main sur le robot de combat, par hasard, se retrouvant ainsi propulsé au rang de héros, seul individu désormais capable de sauver la colonie des Enders. C'est heureusement ici que vous intervenez...

Zone of the Enders
Une attaque circulaire judicieusement placée.
Après un entraînement rapide qui démontre en quelques minutes l'efficacité des contrôles et l'aisance avec laquelle peut se déplacer le Jehuty, le joueur se retrouve englouti sous un flot de cinématiques en images de synthèse entrecoupées de cut-scènes énumérant les différents objectifs de mission, mettant d'entrée de jeu la pression. Dès les premières minutes, c'est la claque ! Les graphismes sont d'une richesse phénoménale, le titre étant certainement l'un des plus beaux disponibles à ce jour sur PS2. Les éléments du décor s'écroulent et explosent sous vos tirs, l'action devenant ainsi un modèle de dynamisme pour un rendu visuel hallucinant inondé d'effets spéciaux en tout genre. Les traînées de lumière lorsque le Jehuty rase le toit d'un bâtiment sont du plus bel effet, et le design du mecha est particulièrement réussi, ce dont on ne s'étonnera pas sachant que Kojima s'est alloué les services du talentueux dessinateur de la série Gundam et du designer de Metal Gear Solid.

Zone of the Enders
L'environnement est presque intégralement destructible.
Le scénario évoque immédiatement des anime de grande classe comme Evangelion, et se révèle d'une efficacité surprenante. Le joueur est aspiré instantanément dans le background du jeu, pour peu qu'il ne soit pas complètement allergique aux mangas et au concept des mechas. Les dialogues multiples sont ficelés de telle sorte que l'on ne peut que se sentir impliqué dans l'histoire post-apocalyptique du jeu, et l'on se félicite du soin apporté à la traduction des textes. On comprend mieux pourquoi le titre a fait l'objet d'une adaptation en anime au Japon, même si le caractère assez particulier des personnages fait que certains auront peut-être du mal à s'y attacher.

Zone of the Enders
Il faut le voir pour se rendre compte de la fluidité de l'animation.
Les choix opérés durant le jeu influent véritablement sur l'évolution du scénario, le sauvetage de vies humaines et l'importance des dégâts infligés au décor entraînant plusieurs fins différentes. Le Mecha se déplace avec aisance et fluidité, et les différentes manips expliquées par le robot de bord permettent de prendre rapidement le jeu en main. Très vite, on se rend compte de l'efficacité des contrôles, et l'on jongle avec les différents boutons en enchaînant les acrobaties. Pour se défendre, le mecha dispose de toute une panoplie de mouvements variés : bouclier, tir simple avec possibilité d'activer le lock pour verrouiller la cible lors d'affrontements contre plusieurs ennemis, dash d'esquive que l'on peut enchaîner avec le bouton de tir pour des attaques éclair, attaque explosive avec envoi d'une sphère d'énergie sur l'ennemi, possibilité de s'approcher de l'ennemi pour effectuer une projection qui enverra la cible sur les éléments du décor dans n'importe quelle direction. Les combats au corps à corps bénéficient également d'une palette de mouvements tout aussi variée : enchaînement de coups, projection, ou attaque tranchante circulaire avec le laser du Jehuty.

Zone of the Enders
La sphère d'énergie est particulièrement efficace mais son déclenchement rend le Jehuty vulnérable un court instant.
Là où l'on reconnaît bien la touche Kojima et l'influence de Metal Gear Solid, c'est la possibilité de fuir une joute mal entamée en passant en mode évasion. En tournant le dos à l'action pendant quelques secondes, un compteur se déclenche et détermine la réussite de votre évasion s'il arrive à son terme. Car même si les combats sont particulièrement jouissifs, la plupart devront être évités. L'efficacité indiscutable du gameplay de ZOE permet en tout cas de pardonner l'absence d'une vue interne, sûrement peu propice de toute façon à ce type de jeu. A noter également que le Jehuty gagne en expérience au fur et à mesure des combats, à la manière d'un personnage de RPG, obtenant peu à peu de nouvelles armes qui viendront étoffer son arsenal.

Zone of the Enders
Les boss sont l'occasion de faire preuve de finesse et de sang-froid.
Une fois obtenu, un module permettra de naviguer entre la dizaine de zones disponibles, ce qui rend le jeu moins linéaire, même si la progression est quand même très scriptée. Un niveau déjà terminé pourra donc être reparcouru sous une approche nouvelle pour récupérer un élément clé indispensable à la réussite des missions ultérieures. Les combats sont particulièrement jouissifs mais deviennent à la longue un peu répétitifs, et il est souvent plus judicieux de les éviter lorsque c'est possible. Le jeu n'est malheureusement pas très long, quelques heures suffisent pour en faire le tour, et c'est justement le principal défaut que l'on pourra reprocher à Z.O.E. A cela s'ajoute l'aspect un peu trop répétitif des combats et le manque de diversité des ennemis. Seuls les affrontements contre les boss offrent des joutes vraiment tactiques et éprouvantes.

Zone of the Enders
Un mecha qui a vraiment la classe. Bon point au niveau du design.
ZOE est toutefois un jeu que l'on a plaisir à recommencer plusieurs fois, d'autant que des aspects particuliers du jeu ne se dévoilent qu'en remplissant certains objectifs difficiles à compléter dès la première partie, et que le fait de terminer le jeu permet de débloquer l'accès au mode 2 joueurs dans lequel il sera possible d'affronter en combat singulier tous les différents robots rencontrés au cours du jeu. ZOE n'est donc pas un produit bâclé et sans saveur, n'ayant pour seul intérêt que la démo tant attendue de Metal Gear Solid 2 présente à l'intérieur du packaging, et renfermant tout au plus une dizaine de minutes de gameplay. C'est un titre explosif et original, que l'on prendra du plaisir à savourer plusieurs fois après l'avoir terminé. Et cela, peu de softs PS2 peuvent se targuer d'en faire autant.

Les notes
  • Graphismes 17 /20

    Même si les arènes sont toutes un peu similaires et pas forcément renversantes au vu des capacités de la PS2, les effets spéciaux prédominent pour un rendu visuel hallucinant. La fluidité de l'animation est époustouflante et n'a d'égal que la rapidité et l'intensité de l'action.

  • Jouabilité 16 /20

    Les affrontements deviennent vite assez répétitifs, et pourtant on ne s'en lasse pas tant les manières d'aborder un combat sont multiples.

  • Durée de vie 14 /20

    Seulement quelques heures pour en venir à bout, mais la manière dont les missions auront été abordées influe sur déroulement de l'histoire qui réserve plusieurs fins différentes. Les 4 niveaux de difficulté offrent un challenge renouvelé.

  • Bande son 17 /20

    L'atmosphère sonore est surprenante de dynamisme, mettant la pression d'entrée de jeu. Les textes sont en français et les voix de bonne qualité, même si celle du héros est plutôt agaçante.

  • Scénario 15 /20

    Le scénario captivant est dans la lignée des plus grands anime du genre, mais tout le monde n'adhérera pas forcément aux personnages.

ZOE est sans aucun doute un titre majeur dans la ludothèque PS2. L'aspect un peu trop répétitif des combats et la faible durée de vie du jeu sont toutefois compensées par l'originalité du concept et la qualité de la réalisation, ZOE faisant preuve d'un dynamisme hallucinant. La touche manga ne laissera pas non plus indifférent.

Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste jeuxvideo.com
26 mars 2001 à 18:00:00
15/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (193)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
16.7/20
Mis à jour le 26/03/2001
PlayStation 2 Action Konami Rétrogaming
A lire aussi
Wiki de Zone of the Enders 07 déc. 2014, 17:14
PreviewZone Of The Enders 05 mars 2001, 18:00
Z.O.E fait son show 21 févr. 2001, 00:08
Z.O.E. 03 avr. 2000, 00:21
Dernières Preview
PreviewGrounded - Le nouvel Obsidian miniaturise le jeu de survie ! 14 nov., 22:44
PreviewArise : A Simple Story, mélancolie et retour dans le temps pour un jeu poétique 11 nov., 11:11
Les jeux attendus
1
Dragon Ball Z Kakarot
17 janv. 2020
2
The Last of Us Part II
29 mai 2020
3
Cyberpunk 2077
16 avr. 2020