Tennis World Tour n'était "terminé qu’à 20% à quelques semaines de sa sortie"
PCPS4ONE
Publié le - Mis à jour - par Clementoss

En attendant de voir ce que nous réserve la version complète de Mario Tennis Aces, on ne peut pas dire que les simulations de tennis sont à la fête cette année. Après AO International Tennis début mai, Tennis World Tour n'a pas su répondre aux attentes des amateurs de la discipline. Conscient de cet échec, sans toutefois se montrer inquiet concernant le futur du jeu, le fondateur de BigBen Interactive, Alain Falc, s'est confié dans les colonnes du journal Le Monde.

Que ce soit du côté de la presse critique ou des joueurs, Tennis World Tour n'a pas convaincu, et Alain Falc en est bien conscient. "Le départ a été chaotique", reconnaît-il à propos de la dernière production éditée par BigBen, parue le 22 mai dernier. Un projet qui n’était "terminé qu’à 20 % à quelques semaines de sa sortie", dont la sortie n'a pas été repoussée pour éviter de "perdre le bénéfice des campagnes marketing déjà engagées" et de trop s'éloigner de la période de Roland-Garros, qui se terminera le 10 juin. L'exemple typique du jeu qui compte désormais sur de futurs patchs pour redresser la barre au lieu de proposer une expérience complète dès le départ, en atteste l'absence surprise des modes de jeux online.

Dans tous les cas, sur le plan financier, Tennis World Tour devrait atteindre les objectifs fixés : "on a mis 500 000 pièces sur le marché mais avec beaucoup de distributeurs qui n’ont pas de droit de retour, donc on sait qu’on sera bénéficiaire", explique Alain Falc. Avis aux joueurs qui compteraient tout de même donner sa chance à cette simulation : une "réédition peaufinée" verra le jour l'an prochain, sachant qu'un tout nouveau Tennis World Tour est d’ores et déjà envisagé pour 2020-2021. L'objectif global de BigBen Interactive est de monter petit à petit au fil des années en qualité. Avec un 49/100 sur l’agrégateur de notes Metacritic pour Tennis World Tour, un 41 pour Rugby 18, un 43 pour Handball 17 et une pointe à 66 pour WRC 6, autant dire qu'il y a du boulot pour que le quatrième éditeur français (245 millions d’euros de chiffre d’affaires) retrouve la confiance des joueurs, mais Alain Falc reste optimiste : "on aimerait arriver à 80 sur 100 à l’horizon de quelques années".

L'interview complète d'Alain Falc est à retrouver dans les colonnes du journal Le Monde ici.

02:49

Tennis World Tour : notre avis en quelques minutes

161 commentaires